La nourriture au Sri Lanka / Sri Lankan food

image.jpeg

Riz et 9 curries différents: mon préféré, c’est l’aubergine/ Rice with 9 different curries: eggplant is my favorite one!

Le Sri Lanka s’autosuffit en production de fruits et légumes, et il faut dire en effet qu’il y a beaucoup de variétés. Parmi les plats que j’ai mangés, voici ce qui m’a marqué:
– le rice and curry (supers bons légumes préparés dans une sauce curry et servis avec du riz, même si je saturais un peu d’en manger tous les jours…). Il en existe aussi au poulet, poisson, crabe…
– le chocolate rotty: sorte de crêpe très très fine dans laquelle on ajoute du chocolat, de la banane…
– le egg hopper: sorte de crêpe en forme de bol dans lequel on met un oeuf sur le plat: on me l’a servi plusieurs fois au petit-déj et j’ai bien aimé (sans les épices par contre pour moi)
– le cheese and chicken khotu rotty: rotty: crêpe très fine hachée avec des légumes, du poulet mariné et du fromage (vache qui rit), le tout un peu frit: super bon!
– et bien sûr, il y a le thé, un peu la boisson nationale (après tout, le Sri Lanka est le 4ème exportateur mondial -après la Chine, Inde et Kenya), mais le meilleur thé est exporté. Enfin, on trouve quand même du bon thé. Par contre, le thé mélangé au lait et au sucre, je ne m’y fais toujours pas… Je le préfère noir.
– et j’ai aussi goûté à l’arrack, alcool fait à partir de noix de coco: ça a un peu le goût selon moi d’un rhum ou d’un whisky…
– sans compter tous leurs jus de fruits frais: un vrai régal! Pastèque, fruit de la passion, mangue (pas trop la saison par contre…)
– il y a aussi beaucoup de restos indiens et j’ai beaucoup aimé le Dosai: sorte de grande crêpe dans laquelle on ajoute des tomates, oignons, poulet épicé… Et qu’on trempe dans différents curries, épicés aussi
– côté fruits, je me suis mise à la banane -fruit national- et j’en redemande presque 🙂
– j’ai aussi goûté à la “wood apple”: pomme très ronde qui ressemble à s’y méprendre à une boule de pétanque en bois. Il faut d’abord la casser (comme une noix de coco) et on mange ensuite l’intérieur avec une cuiller: si l’odeur n’est pas super, la texture est vraiment surprenante: c’est fibreux, épais et avec des gros pépins (doit-on les manger?) On se demande un peu ce qu’on mange. Lors de mon 1er déjeuner dans la famille d’Asanka, j’avais voulu faire bonne figure, mais j’ai regoûté depuis, même sous forme de jus, et je ne suis pas fan
Une chose que je retiens sur la nourriture au Sri Lanka: quand un local me dit que le plat n’est pas épicé, je sais qu’il l’est déjà largement assez pour moi 🙂

Sri Lanka produces so many varieties of fruits and vegetables: they don’t need to import anything. I tasted lots of differents food in a month, and here is a summary of what I ate:
– Rice and Curry: national dish: a great variety of vegetables cooked with curry: very tasty! I liked it a lot, even though I had enough after eating it for 5 days in a row (only available dish in the guesthouses…)
– The chocolate rotty: very thin crêpe, in which you can add chocolate, bananas… Ideal for a sweet breakfast
– The egg hopper: kind of a pancake shaped as a bowl in which you have a fried egg: i liked it as a breakfast, without the spices though
– The cheese and chicken khotu rotty: fried thin crepe chopped with vegetables, where you can add chicken and cheese (funny cow as they call it here -instead of laughing cow-)
– And of course, they drink tea : national drink. After all, Sri Lanka is #4 in tea export worlwide (after China, India and Kenya). However, I am not a huge fan of tea + milk + tons of sugar. I prefer it black
– I also tried the arrack, alcohol made of coconut: for me it tasted like something between whisky and rhum…
– And I was about to forget their fresh fruit juices: I loved them all! Passion fruit, pinapple, watermelon, mango (not really the season though…)
– There are also lots of Indian restaurants in Sri Lanka: I really liked the Dosai: a very large crepe that you can fill with onions, tomatoes, spicy chicken, etc. And you then dip it in different spicy curries: I loved it
– On the fruit side, I finally tried -and approved- the bananas 🙂
– I also tried the wood apple: it looks like a perfect round wooden bocce ball. You have to break it like a coconut and then, after the weird smell, you eat the inside with a spoon: the texture is unusual: it is a thick texture with fibers and big seeds (was I supposed to swallow them?). If I pretended I liked it during the lunch at Asanka’s family, I must say that, trying another time, I am not fond of it (even as a juice): it has a very sour taste.
But one thing I will remeber about the food in Sri Lanka: when a local tells me it is not spicy, I now know for a fact that this is spicy enough for me 🙂

1ers pas au Sri Lanka / 1st steps in Sri Lanka

Le jour où j’ai appris à manger avec les mains

Je suis arrivée au Sri Lanka il y a 8 jours, le 4 septembre. Après avoir pris un “taxi” qui était en fait une voiture en fin de vie conduite par le cousin/frère/ami du garde auquel je me suis adressé en sortant de l’aéroport, j’ai été chaleureusement accueillie par Marguerite et Asanka, son fiancé. Comme c’était dimanche, j’ai été invitée chez les parents d’Asanka (Amma & Thatha, maman et papa) pour le déjeuner dominical.
C’est à cette occasion que j’ai appris à manger avec les doigts:
1- n’utiliser que la main droite, la gauche devant rester propre pr passer les plats
2- essayer de former une boulette en malaxant/mélangeant la nourriture que vous avez dans votre assiette. Astuce de Marguerite: écraser une pomme de terre, ce qui aide à lier les aliments entre eux. Ou prendre une feuille de salade pour faire un wrap
3- puis utiliser le pouce pour pousser la boulette
4- on reconnait un mangeur propre à la paume de sa main qui doit être propre en fin de repas
Comment je m’en suis sortie? Pas trop mal je dirais puisque ma paume était propre et mon assiette vide. En effet, c’était délicieux: “la meilleure cuisine sri lankaise” selon Marguerite. Et avec une semaine de recul, je peux confirmer que c’était très très bon!

 

The day when I learned how to eat with my hands

I arrived about a week ago in Sri Lanka, on September 4 and was warmly welcomed by my friend Marguerite and her fiancé Asanka. As it was Sunday, we went for lunch at Asanka’s parents: Amma and Thatha (mum and dad in Singalhese).
This is where I learned how to eat with the hand, and it is not as easy as you may think.
1- eat only with your right hand, and keep the left one clean so you can pass plates / dishes
2- try to form a ball with the food. Marguerite’s trick: mash some potatoes so it can ‘link’ the ingredients. Using a salad leaf also helps (you can do a wrap then)
3- then use your thumb to push the ball in your mouth
4- at the end of the meal, if your palm is cleaned, it means that you did well.
How did I perform? Not bad I would say for a first since my palm was cleaned and my plate was empty. Marguerite told me the best food in Sri Lanka is Asanka’s mum’s: as it was my first meal, I could not compare but I really enjoyed it!

J’ai testé / Food experience: Satay Celup

A Malacca en Malaisie avec Blanche, on a testé le Satay Celup, une sorte de fondue avec de la sauce de cacahuètes. Le principe: on s’asseoit à une table: au milieu, un récipient dans lequel une sauce épicée à base de cacahuètes est en train de bouillir. On va choisir ses brochettes en tous genres dans des murs de frigos: légumes, poissons, viandes, tofu, sortes de pain: il y en a pour tous les goûts (mais difficile parfois d’identifier ce que c’est). Puis, on trempe le tout 4′ dans la sauce cacahuètes et on mange ensuite: super bon! Chaque brochette coute 1MYR (0.22 euros) et à la fin du repas, on compte le nombre fe baguettes de brochettes qu’on a mangé pour avoir l’addition.
On était les seules étrangères dans ce restau très typique, qui reste ‘dans son jus’, avec les gros ventilateurs qui tournent à plein régime -et qui étaient plus que nécessaires pour compenser la chaleur brûlante dégagée par la vapeur de la sauce bouillante, les mini-serviettes de papier qui s’envolent et atterrisent par terre, venant graisser le sol au passage, et les géantes bouteilles de gaz, posées à côté de chaque table, et qui servent à faire bouillir la sauce. Une très bonne expérience en tous cas: cela valait clairement le coup de marcher en dehors des sentiers battus dans ces quelques rues moins éclairies où il n’y avait aucun touriste
In Melaka, with Blanche, we tried the Satay Celup, a food specialty from Melaka: it is kind of a fondue: you dip and boil skewers of veggies, meat, fish, tofu, some kind of breads, etc. in a spicy peanut sauce. You sit at a table and in the middle, there is a recipient that contains this sauce. You wait 4′ for your food to cook, and then you eat it: it was a bit spicy for me, but really delicious!
And we also loved it because it was a local experience: we were the only foreigners in the restaurant and the atmosphere added to the charm. The big fans were on -and it was more than necessary since we were sitting next to a boiling pot-, the tiny napkins were flying and ended up on the greasy floor, and the giant gaz containers were attached to each table heater. Definitely a great experience: it was really worth the shaddy walk to get there.

Ban Li Xiang Satay Celup