Étonnante Argentine / Surprising Argentina

Voici ce qui m’a surprise en Argentine:

– Partager le maté, fameux thé argentin (bu dans une sorte de pot en terre rond sans anse), qui s’aspire via une paille en alu, avec tout le monde: amis, profs, inconnus dans une même pièce. Inutile de préciser que ce serait super impoli d’essuyer l’embout avant de boire le maté (qui avait un goût très amer pour moi, mais auquel j’ai fini par m’habituer.
– Regarder aussi les gens de tous âges se balader avec leur sacoche à maté, comprenant le thermos, le petit sac rempli de feuilles de maté, et le pot de maté)
– Observer les différences de paysages et de styles de vie radicalement différents d’un bout à l’autre du pays. Il faut dire qu’avec un pays qui s’étend sur 3,694km (quasi équivalent à la distance entre la France et le Sénégal), cela laisse place à la diversité 
– Regarder les étals des marchés composés à 90% de viande. Et globalement, je n’ai vu que très peu de marchés, et encore moins de fruits et légumes
– Admirer la patience et capacité des Argentins à faire la queue, sans broncher, durant des heures, au supermarché ou à la banque
– M’adapter au rythme de vie clairement différent de la France:
> les magasins ouvrent de 9h à 13h, et de 17h à 21h.
> les cours se terminent à 23h
> les gens dinent à 22-23h et sortent à2h du matin
> l’happy hour dans les bars se termine à 23h

Mes photos d’Argentine

Here is what surprised me in Argentina:

– Sharing ‘el mate’, famous Argentinian tea (very bitter for my taste at first, but then I got used to it) with everyone: friends, family, teachers, strangers who are in the same room. Needless to say that it would be very impolite to wash the pipe before drinking it…
– Watching people bringing their mate bag everywhere, containing hot water, mate and mate leaves)
– Witnessing the incredible diversity of landscapes and lifestyles across the country. Well, when you think there is a 2,295 miles stretch from North to South, this is not that surprising after all
– Looking at the market stalls: 90% of them sell meat. Generally speaking, I did not see many markets, and not so many fruits and vegetable stalls, compared to other countries
– Admiring the patience and capacity of Argentinian people to queue for hours without complaining, whether it is at the bank or in a supermarket 
– Adjusting to the life rhythm, clearly different from France:
> shops open from 9am to 1pm, and from 5 to 9 pm
> classes frequently end at 11pm
> people have dinner at 10 or 11pm, and go out at 2am
> happy hour is bars ends at 11pm

My pictures of Argentina

Argentine: j’ai aimé / What I liked in Argentina

Voici ci-dessous ce qui m’a plu en Argentine:

Mendoza:
– prendre des cours d’espagnol pour me remettre dans le bain
– discuter avec les jeunes et moins jeunes rencontrés en cours sur leur perception de l’Argentine, de la France
– poser mes valises durant 7 jours chez Margarita, une retraitée chez qui j’ai passé la semaine
– découvrir les bodegas (caves) autour de Mendoza, à Maipu

Cordoba:
– découvrir la ville avec ‘La Docta’, free walking tour company
– apprécier l’ambiance conviviale et familiale du dimanche après-midi dans le parque Sarmiento
– flâner dans le marché d’arts / antiquités du dimanche dans le Barrio Guermes
– découvrir Villa Carlos Paz (le “Annecy” de Cordoba) et Alta Gracia (ville du Che) avec Solenne et Xavier, des Français voyageurs, rencontrés en chemin
– assister aux festivités du 25 de Mayo (jour férié pour célébrer la révolution): défilé militaire, ferveur des habitants avec les drapeaux

Salta:
– admirer les nombreux bâtiments et églises de l’époque coloniale
– visiter le tout nouveau musée Guermes pour son interactivité: c’était la 1ère fois que je voyais une peinture se transformer en film
– partager des moments (discuter, faire le marché, cuisiner) avec Betsabe, Argentine de Buenos Aires rencontrée dans mon auberge de jeunesse
– passer la soirée avec Betsabe et ses amis Argentins dans une peña et découvrir le folklore argentin (qui, contrairement à la France, est pris très au sérieux ici)
– découvrir la région sud de Salta, et notamment Cafayate et son incroyable quebrada

Quebrada de Humahuaca:
– découvrir des paysages somptueux avec Solenne et Xavier
– flâner dans les villages de Humahuaca, Tilcara et Pumamarca
– me balader autour de la colline aux 7 couleurs

Et aussi:
– déguster les empanadas. Les meilleures étant celles de La Casa de las Empanadas à Cafayate
– goûter aux humitas et tamales (polenta mélangée à des légumes, du fromage ou de la viande, enveloppées dans des feuilles de maïs et cuites à la vapeur)
– entendre les “mi amor” ponctuer chaque fin de phrase. Au début, je le prenais perso, j’étais flattée. Bon, j’ai vite compris que cela ne m’était pas réservé mais je trouve ça très sympa quand même

Mes photos d’Argentine

Below you will find what I liked in Argentina:
Mendoza:
– taking Spanish classes to refresh my knowldege
– chatting with young (and not so young) people at school about their perception of Argentina, France, the world…
– unpacking and sleeping in the same bed for 7 days at Margarita’s, a retired woman who hosted me
– discovering the bodegas around Mendoza in Maipu and tasting the local wine

Cordoba:
– discovering the city with “La Docta”, free walking tour company
– enjoying the convivial atmosphere of the Parque Sarmiento on a Sunday afternoon
– wandering at the Antiques/Art fair if the Guermes district
– discovering Villa Carlos Paz (a small resort town with a lake) and Alta Gracia (where Che Guevara used to live) with Solenne and Xavier, 2 French travelers on the road for 7 months
– attending the 25 de Mayo celebrations (holiday in Argentina to celebrate the revolution)

Salta:
– admiring the numerous colonial-style buildings and churches
– visiting the brand new Guermes museum: it was the 1st time I saw a painting transforming into a movie: quite impressive
– sharing moments (chatting, visiting, cooking…) with Betsabe, from Buenos Aires. I met her at the hostel
– spending the night with Betsabe and her Argentinian friends in a peña, discovering the local folkloric dances and music
– discovering the South of the city, and namely the Quebrada de Cafayate

Quebrada de Humahuaca:
– discovering amazing landscapes with Solenne and Xavier
– wandering in the Humahuaca, Tilcara and Pumamarca villages
– walking around the seven-colour-mountain

And also:
– eating empanadas. My favorite ones were the ones I ate in Cafayate, at “La Casa de las Empanadas”
– tasting the humitas and tamales (polenta mixed with cheese, meat or vegetables, wrapped in banana leaves and steamed)
– listening to the “mi amor” punctuate every sentence. At first, I took it personally and was flattered. But soon enough, I understood that they did not say this only to me, but still, I liked it!
My pictures of Argentina

Argentine: j’ai moins aimé / Argentina: I did not like

Voici ce qui m’a moins plu en Argentine
– voir, au marché de Salta, une maman et sa fille manger les restes dans les assiettes des gens. Cette détresse m’a rappelée une scène très similaire en Birmanie, à Mawlamyne
– regarder les chauffeurs de bus qui laissent tourner leur moteur durant des heures
– le piéton qui n’a clairement pas la priorité (un faux air d’Inde parfois)
– les odeurs de pied dans les bus de nuit, et les 3 fois où le bus s’est pris le talus à toute allure
– le prix exorbitant des timbres!!! 4.10 euros le timbre, et ils ne sont même pas jolis! Inutile de préciser que je n’ai envoyé que très peu de cartes postales d’Argentine. Pour les locaux qui subissent l’inflation de plein fouet, la vie est parfois très compliquée
– le froid à Salta!!
Mes photos d’Argentine

Here is what I did not like in Argentina:
– witnessing, in Salta market, a young mother and her 3-year-old daughter, eating the leftovers. This situation reminded me of a similar one in Mawlamyne, Myanmar
– the bus drivers leave their engine on during hours
– the pedestrians clearly do not have the priority on the road (reminded of India sometimes)
– the feet smells in nights buses, and the 3 times when the bus drove outside the road (was he falling asleep?)
– the incredible price of a stamp ($4.60). Needless to say that I sent a very limited amount of postcards. And for the Argentinians who suffer from the economic crisis, this must be tough
– the very cold weather in Salta
My pictures of Argentina

Argentine: mon itinéraire / My itinerary in Argentina

J’ai passé 20 jours en Argentine et, comme j’avais déjà visité une partie du Sud en 2014, j’ai choisi cette fois de découvrir le Nord. Voici mon itinéraire:
Mendoza: cours d’espagnol, Andes, vignes: 7 nuits
– Trajet de Mendoza à Cordoba en bus: 1 nuit
Cordoba: métropole, musées, espaces verts, 25 de Mayo: 4 nuits
– Trajet de Cordoba à Salta en bus: 1 nuit
Salta: musées, Cafayate, moments avec Betsabe, tranquille: 5 nuits
Tilcara, quebrada de Humahuaca, paysages grandioses: 1 nuit
Jujuy (prononcer “Rourouille”): Purmamarca, colline aux 7 couleurs: 1 nuit

I spent 20 days in Argentina, and as I had discovered a bit of the Southern part in 2014, this time, I wanted to focus on the Northern part of the country. Below you will find my itinerary:
Mendoza: Spanish classes, Andes, vineyards : 7 nights
– Bus from Mendoza to Cordoba: 1 night
Cordoba: main city, museums, green spaces, 25 de Mayo celebrations: 4 nights
– Bus from Cordoba to Salta: 1 night
Salta: museums, Quebrada de Cafayate, moments with Betsabe, quietness: 5 nights
Tilcara: quebrada de Humahuaca, amazing landscapes: 1 night
Jujuy (pronounce “Rourouille”): Purmamarca, the seven-colour hill: 1 night

Argentine: un pays en crise, des gens heureux / Argentina: happiness despite the crisis


Je savais que l’Argentine souffrait depuis un moment d’une crise économique, sans vraiment connaître les détails. Et je dois admettre que je ne connaissais rien du gouvernement actuel. Après avoir discuté avec pas mal d’Argentins, j’en sais un peu sur Macri et son gouvernement et sur le grand dysfonctionnement économique que vit le pays depuis de nombreuses années. Quelques chiffres qui me paraissent ahurissants:
– 40% inflation en 2016; objectif 2017: abaisser l’inflation à 17% (taux actuel de 27%)
– 35% des gens vivent sous le seuil de pauvreté;
– 73 pesos, soit 4.10 euros, c’est le prix d’un timbre (pour une carte postale sans enveloppe pour l’Europe).
Inutile de préciser que la “crise économique” que subit la France/l’Europe fait doucement rire les Argentins.
Mais en discutant avec d’autres personnes, jeunes et moins jeunes, je m’aperçois que, malgré tous ces soucis qui, en France, nous paraîtraient insurmontables, les gens sont heureux ici.
La raison? Parce qu’ils sont habitués à vivre dans cette situation de crise depuis de nombreuses années et ont fini par s’accommoder de la situation (ils n’ont pas vraiment le choix). “Me chupa un huevo”, traduit par “Je m’en fiche”, semble être un peu la devise des jeunes.
Leurs solutions? Les classes moyennes vivant près du Chili (Mendoza est à 200 km de la frontière) passent la frontière et vont faire leurs achats chez le voisin. Pour le prix d’une roue de voiture en Argentine, ils peuvent en acheter 3 au Chili. Il leur est plus rentable de faire le voyager aller retour Mendoza-Chili pour une seule paire de baskets que de les acheter en Argentine. Et sinon, et bien les gens galèrent, mais gardent malgré tout le sourire et leur joie de vivre. Ils profitent des moments passés ensemble, entre amis, le weekend, autour d’asados (barbecues). Cette situation ne semble pas leur peser au quotidien* et l’Argentine me parait comme un pays où il fait bon vivre.
Encore un exemple de plus où je réalise qu’on peut être heureux avec des choses simples, des moments partagés entre amis plutôt que des choses que l’on possède.

Mes photos d’Argentine

* A noter que les gens que j’ai rencontrés viennent des classes moyennes et je n’ai pas encore eu l’occasion de discuter avec des gens qui galèrent vraiment.
I knew Argentina had been suffering an economic crisis, without knowing the details. And I must admit I knew nothing about the current government. But, after discussing with quite a few Argentinian people, I have now learned a bit about Macri and his government and the economic situation the country has been going through for a few years now. A few figures that sound unreal to me:
– 40% inflation rate in 2016. Aim for 2017: 17% (currently, the rate is 27%)
– 35% of the population lives under the poverty rate
– 73 pesos, ie $4.60: this is the price of one stamp to send a postcard in Europe (without an envelope)
But while discussing with other people -some younger than others- I realized that, despite all these problems that would frighten everyone in France, people seem to be happy here.
How do they do it?
Since they have been suffering the crisis for a while, they have no other choice but to get used to it. “Me chupa un huevo”, ie “I don’t care” seems to be a common “motto” among young people.
What are their solutions?
Middle classes who live close to Chile (there are only 200 km between Mendoza and the Chilean border), go shopping there. It is 3 times cheaper to buy a car wheel in Chile than in Argentina. And those who cannot do that struggle and have to find other solutions. But despite all of this, they keep smiling and seem to be happy.
They enjoy the moments spent with family and friends, doing asados (barbecues). The crisis situation does not seem to affect them* on a daily basis and Argentina looks like a country where it is pleasant to live.
So, this is another example where I realize that one can be happy with simple things, ie sharing moments with friends and family instead of trying to possess more.

My pictures of Argentina


* Note that the people I have met so far are from the middle class, as I have not met yet any people who really struggle hard.

Argentine: retour sur les bancs de l’école / Back to school in Argentina

Pour communiquer plus facilement avec les gens que je rencontre, -et trouver plus facilement un job à Madrid ;-)-, j’ai décidé de reprendre des cours d’espagnol. Je viens donc de passer une semaine à Mendoza, en Argentine.
Cela m’a fait bizarre/plaisir de:
– ressentir une mini appréhension, le 1er jour: souvenir des jours de rentrée
– connaître le point de vue des Argentins qui étudient le Français sur la perception de notre pays
– me concentrer durant 3h de suite (surtout que j’étais la seule en cours -basse saison- donc je ne pouvais me reposer sur les autres pour répondre aux profs)
– répondre à la question “Donde vives?”: question simple mais c’est un peu une colle pour moi de dire où j’habite
– réaliser que ça fait 7 ans et demi que je suis partie de France et qu’il y a beaucoup de questions sur mon pays auxquelles je ne peux plus répondre (nouveautés musicales, papiers nécessaires pour louer un appart via le Crous…)
– revenir à la théorie et corriger les erreurs que je faisais sans réfléchir en parlant espagnol
– me lever tous les jours à la même heure
– croiser tous les matins, au même endroit, les mêmes jumeaux de 5/6 ans qui chantaient chaque fois une chanson différente
– en bref, retrouver une routine…
Mais c’était chouette! Ça m’a vraiment plu de pouvoir m’exprimer et échanger avec plein de gens différents.
Objectif prochain: éviter la facilité avec les touristes francophones ou anglophones et me concentrer sur les hispanophones pour m’améliorer 😉

Mes photos d’Argentine

To communicate more easily with local people in South America -and find a job in Madrid more easily later:-)-, I decided to take Spanish classes. So, I stayed in Mendoza, Argentina, for one week.
It felt weird/nice to:
– get some little apprehension the 1st day (reminded me of the back-to-school times)
– understand how Argentinian students who study French perceive France
– answer the question “Donde vives?”: although a simple one, it is not easy for me to know where I live…
– realize that I left France 7.5 years, so it is now difficult for me to answer some questions about my country, such as current trendy music bands, or what papers are needed to rent a place as a student…
– theorize on things in the Spanish language and try to correct mistakes that I used to make while speaking without thinking
– focus for 3 hours straight, and since I was the only student in my class (low season), I could not rely on the others to answer the teacher
– wake up everyday at the same time
– meet, every morning, at the exact same street corner, 5/6 year-old twins who would sing a different song each time
– well, get back to a routine…
But it was great: I really enjoyed it! I liked being able to express myself and discuss with so many different people.
Next goal: avoid French- and English-speaking tourists as much as I can and try to meet Spanish-speaking to improve my Spanish!

My pictures of Argentina