Laos: J’ai visité l’école primaire du village de Pakchaek

img_1413img_1362

J’ai passé une journée dans un village du Nord du Laos pour visiter une école. Voici ce que j’y ai appris:
Système scolaire (primaire, collège et lycée) similaire à la France (restes de l’Indochine)
Nombre d’élèves dans l’école: 75 élèves venant de 3 ethnies différentes: lao, hmong et khamu
Nombre d’instituteurs: 5
Age des enfants: 3 à 11 ans
Rythme: école du lundi au vendredi, de 7h30 à 11h30, puis de 13h30 à 16h30. Le vendredi, ils n’ont pas d’école l’après-midi.
Outils de travail: je n’ai pas vu beaucoup de matériel dans les classes: seulement des tableaux et craies, chaque enfant a également un cahier et un crayon, aucun jeu
Jeux: dans la cour (en terre battue), j’ai vu les enfants jouer à :
– l’élastique
– des jeux “d’autrefois”, tels que le jeu d’osselets (osselets sont remplacés par des bâtons de bambou), ou encore jouer avec des élastiques et les faire avancer (un peu comme des puces)
– lancer leurs tongs le plus loin possible
Je n’ai vu aucun jeu dans la cour de cette école*. Lors de ma visite, je leur ai apporté un ballon de foot, ainsi que 2 filets et 4 balles de rattabang (sortes de ballons de hand tressés) et j’ai vu le terrain de rattabang en contrebas de la cour
* En découvrant le Laos, j’ai vu de nombreuses écoles et certaines ont plus de moyen que d’autres et possèdent, dans la cour, des jeux pour les enfants: terrains de foot, balançoires…
Moyens de transport: je n’ai vu aucun ramassage scolaire au Laos donc les enfants viennent à pied ou à vélo ou en scooter (très peu de gens ont des voitures au Laos)
Rituels: Chaque lundi matin, les élèves se mettent en rang dans l’école et hissent le drapeau de leur pays en haut d’un mât. Et chaque vendredi, avant de partir en weekend, les enfants se regroupent à nouveau et descendent et rangent le drapeau en suivant un protocole.
Uniforme: les enfants portent tous un uniforme: chemise blanche pour tous, jupe noire pour les filles et pantalon noir pour les garçons
Langue parlée à l’école: le laotien. Ça peut paraître évident, mais il faut savoir qu’il y a 3 langues au Laos (car 3 ethnies principales): Lao (68% population), Khmuk (22%) et Hmong (9%), donc pour certains enfants, le laotien n’est pas leur langue maternelle
Frais de scolarité: 50,000 kips par an par enfant, soit environ 5.50 euros, et ce qui inclut l’uniforme (obligatoire).
A noter: pour les familles n’ayant pas les moyens, le 3ème enfant d’une même fratrie peut aller à l’école sans payer, certains autres paient en cours d’année s’ils n’ont pas les moyens, et 3 élèves ne paient pas du tout
Financement de l’école: à l’origine, l’état a financé les 2/3 de l’école, le reste étant financé par les habitants du village.
Mais à présent, l’état n’aide plus du tout, donc l’école dépend des villageois, ou bien d’associations telles que celle grâce à laquelle j’ai pu visiter l’école.
Fonction “médicale”: Quand je suis arrivée dans l’école, les enfants étaient tous dehors à jouer dans la cour. Le directeur m’a expliqué que l’école venait de distribuer à chaque enfant un médicament (contre les vers si j’ai bien compris) donc l’école semble aussi avoir cette fonction “médicale”.
Par ailleurs, le 31 octobre, le 1er ministre laotien a annoncé qu’à partir de maintenant, les professeurs seront payés jusqu’à la fin de l’année et qu’il ne sera plus toléré de ponctionner cette enveloppe budgétaire au sein du gouvernement. En effet, il est assez régulier que les instituteurs (et autres fonctionnaires) ne perçoivent pas de salaire durant le dernier trimestre en raison de manques de fonds (l’argent alloué aux salaires des professeurs sert à rembourser les emprunts privés): impensable en France…
Dans l’école du village de Pakchaek, j’ai vu 4 classes, et une 5ème sera construite prochainement pour accueillir les enfants du village voisin. En effet, les Chinois ont acheté le Nord du Laos (là où se trouve le village de Pakchaek) et ils y construisent un barrage -l’électricité sera utilisée en Chine uniquement, pas au Laos-. Du coup, les habitations situées au bord de la rivière Na Mou vont bientôt disparaître car emportées par le barrage. Si les Chinois vont reloger les habitants, en revanche ils ne financent pas la construction d’une nouvelle école, c’est pourquoi l’école va être dispatchée dans les villages alentours. Et il faut donc construire une nouvelle classe dans l’école de Pakchaek (nécessité de trouver les fonds nécessaires: l’association fondée par Michel va donc financer la construction de cette classe).

Ma journée à Pakchaek, dans un village Laotien / I spent one day in a village in Laos

Aujourd’hui, j’ai passé la journée dans un village laotien pour aller visiter une école et en profiter pour apporter quelques fournitures dont ils avaient besoin.
Comment j’ai trouvé cette école? Par le biais de Michel et son association “Laos, Éducation, Solidarité, Avenir” et Henri, 2 bretons rencontrés à mon arrivée au Laos. Ils m’ont expliqué qu’ils étaient au Laos car Michel (retraité et actuel maire de Locamariaquer) a créé en 2009 son association pour aider plusieurs écoles en leur apportant des fournitures, des tables et des chaises et une aide financière aussi pour construire de nouvelles classes.
Michel m’a donc présenté Vongsay, dont la femme est institutrice dans son village. Après avoir demandé ce dont l’école avait besoin (7 paires de ciseaux, 2 pots de colle blanche, 1 ballon de football, 2 filets et 4 balles de rattabang), je suis donc partie ce matin à 7h30, direction le village de Pakchaek.
La visite de l’école, les conditions et les interactions avec les élèves, je vous raconterai ça plus en détails (en espérant que ça répondra aux attentes de la classe de CP)
Mais après la visite, j’ai eu l’honneur de la cérémonie de Baci: il s’agit en fait d’un rituel pour célébrer les grandes occasions (mariage, nouvelle maison, crémaillère, pour remercier les gens…)
Les femmes préparent donc une composition florale ornée de bougies, on offre aussi un peu d’argent, de la nourriture. Après des paroles spirituelles, on met des bracelets (fils blancs) autour de chaque bras des personnes en les remerciant et leur souhaitant le meilleur. J’ai donc eu droit à ces honneurs dans la maison du directeur de l’école.
Nous (Touy, le chauffeur de tuktuk qui servait de traducteur et moi) étions ensuite invités à déjeuner. Les femmes préparaient le repas tandis que les hommes discutaient en buvant de la bière et en mangeant des insectes grillés. Etant invitée, je restais avec les hommes (j’ai demandé à Touy si je pouvais aider mais j’ai cru comprendre que ça ne se faisait pas). J’ai donc, moi aussi, bu de la bière (largement diluée dans les glaçons) et mangé des insectes grillés: c’est plutôt bon en fait!
Puis il y a eu des soupes au poulet, avec différents bouillons: très très bon, et du sticky rice, puis une sorte de salade de choux (très épicée donc Touy m’a déconseillé de gouter) et, ce que je pensais être une autre sorte de soupe mais qui était bien rouge: il s’agissait en fait de sang de canard avec des morceaux d’abats: j’ai eu du mal à avaler…
Au delà de cette aventure culinaire, j’ai été plus que ravie d’avoir la chance d’être si bien accueillie dans le village, de pouvoir voir les maisons et les conditions dans lesquels vivent les gens, et de participer à cette cérémonie. C’est certain, je ne suis pas prête d’oublier cette journée.
Les photos sont par ici (et d’autres vont bientôt suivre…)

Today, I spent the day in a small village: 158 houses, 728 inhabitants. I went to visit a primary school and I bought them some supplies.
How did I find the school? When I arrived in Laos last week, I met Michel and Henri, 2 French men who were in Laos to help schools. How? By bringing them supplies (books, pens, tables and chairs) and also funding a new classroom or helping (financially) to renovate part of the schools.
So, Michel introduced me to Vongsay, whose wife is a teacher in his village.
So, after buying a few supplies that they needed (scissors, glue, rattanballs and nets), I went today to the village, with Touy, my tutktuk driver for the day.
I will tell about the school visit in another article, but what I did not expect was:
They organized a baci for me. A baci is a spiritual celebration that Laotien people organize for weddings, or to bless a new house, to thank people, etc.
So, women prepared flowers, and after spiritual word and offering money and food to Gods, we tied strings around each others’s wrists to wish good luck.
And after that, we (the tuktuk driver -who would also translate and explain rituals- and me) were invited to stay for lunch. Women were cooking on one side, while men were sipping beer and eating insects on the other side. I stayed with men as I was a guest, so I also sipped beer and ate insects: it was actually quite good.
Then, for lunch, we had chicken soups with different broths and sticky rice: it was good, then cabbage (I was advised not to eat it as it was very spicy) and then, what I thought was a stew, but with red gravy. It turned out it was duck blood with livers and things like that: a tough one to swallow…
Beyond this culinary adventure and cultural ritual discovery, I was really grateful for their warm welcome. I was also very happy to see how people live in the village, the interior of their homes, etc. For sure, this is a day I will not forget.
You can see a few pictures here (more will come soon)

L’école au Sri Lanka

Horaires:
Au Sri Lanka, les élèves se lèvent tôt car l’école commence souvent à 7h30 ou bien 8h, et termine à 13h30 (ou 14h.)
Les enfants sont ensuite libres tout l’après-midi: certains vont aider leurs parents aui travaillent, d’autres vont faire du sport, des activités musicales, et beaucoup d’entre eux prennent des cours particuliers.
Uniforme:
Chaque élève au Sri Lanka doit porter un uniforme: un polo blanc et short bleu pour les garçons, et une robe blanche pour les filles. Tout le monde porte une cravate: garçons et filles, et la couleur varie selon l’école dans laquelle on va.
Transports:
De nombreux enfants viennent / et repartent en bus à/de l’école, mais contrairement à la France, les bus sont souvent très très remplis.
Matières:
Les élèves apprennent les 3 langues officielles du pays: le cinghalais, le tamil et l’anglais, et chaque langue a un alphabet différent donc il y a beaucoup de choses à apprendre!
Le cinghalais et le tamil ont des alphabets assez similaires, qui ressemblent à des dessins.
Les chiffres, par contre, sont les mêmes dans les 3 langues: ça facilite donc un peu les choses.
Les élèves ont également des cours de maths, chant, sport, dessin et religion.
Sport:
Si de plus en plus de gens au Sri Lanka jouent au foot, ici, le sport national reste le cricket (un peu similaire au baseball). Ce sont les Anglais qui avaient “importé” ce sport sur l’ile et il est devenu très populaire.

Projet avec l’école Nazareth / Project with a primary school

Quand j’étais petite, je me souviens avoir adoré suivre les skippers de la course du Vendée Globe au quotidien et, à l’école, avancer chaque jour les punaises sur une carte du monde pour suivre leur parcours.
Du coup, je me suis dit que ça pourrait être sympa de partager mon voyage avec des enfants pour leur raconter mon expérience. J’ai donc pris contact avec les enseignants de l’école Nazareth -école de mon enfance- pour leur parler de ce projet et permettre aux enfants de partager un peu cette découverte du monde, que ce soit au travers des moyens de transport, nourriture, us et coutumes, sports, musiques, quotidien d’un enfant du même âge… Toute l’équipe enseignante a été très enthousiaste dès le départ.
loupC’est pour cela que j’emporte avec moi la mascotte des maternelles: Loup, en référence au livre ‘Le loup qui voulait faire le tour du monde‘. Tout comme le nain dans le film d’Amélie Poulain, je prendrai donc Loup en photo dans les différents pays.
Quant aux interactions avec les autres cycles (élémentaire, moyen) vous verrez prochainement la suite.
Les photos de Loup
Le 22 septembre, les enfants de l’école Nazareth ont commencé à suivre les aventures de Loup

When I was a child, I loved going to school during the Vendée Globe -a non-stop solo round-the-world sailing race without assistance taking place every 4 years, and starting / finishing in Vendée, close to where I lived- because every morning at school, we would follow the skippers and move their pins on a map.
Therefore, when thinking about my travels, I thought it could be nice -both for them and me- to share my experience with children. So, I contacted the teachers from my childhood school to see if they were interested in my project. The idea is mainly to share the different ways of living around the world with the children, whether it is about food, way of transportation, traditions, daily life when you are 7 or 9 y.o., sports, music, etc. The teachers were very enthousiastic from the begining.
This is the reason why I will bring with me ‘Loup’ -a wolf toy referring to a book for children: the story of a wolf traveling the world- who will be the mascot of the 3-6 years old. Just like the dwarf in the movie ‘Amelie’, I will take pictures of Loup in the countries he will visit.
And for the other school ages (7 to 9 and 10-11 y.o.),  I will soon share more info.

The pictures of Loup around the world