Besoin de faire une pause / Break needed

Quoi? Tu as besoin d’une pause alors que ça fait un an que tu es en vacances*? Et oui, ça peut sonner un peu étrange, mais ces derniers jours, j’ai ressenti le besoin de me poser.
Et en écoutant, durant mes nombreux trajets en bus, l’épisode d’Allo La Planète (le numéro 112 pour ceux que ça intéresse) où une personne parle du burn out du voyage, je me suis un peu retrouvée dans son témoignage.

Qu’est ce qui s’est passé?
En arrivant en Amérique Latine, j’ai ressenti un peu comme une lassitude, plus vraiment envie de découvrir de nouveaux lieux tous les jours.

À quoi c’était dû?
Peut-être que durant ces 3 derniers mois, comme j’ai quasiment toujours voyagé avec quelqu’un (Rémi, Perrine) ou bien me suis posée chez des amis (Nici et Ciaran, Hélène et John, Claire et François, Lise et Vincent, Fabien), je me suis habituée et ai apprécié de me reposer sur quelqu’un pour prendre les choses en main et ne pas devoir tout décider seule.
Je crois aussi que la météo a joué sur mon moral. En effet, après quasi 9 mois d’été, j’ai bien senti passer les 4 à 10 degrés sans soleil du Nord de l’Argentine… Et la perspective de m’habiller tous les jours pareil (car je n’ai que très peu de vêtements chauds) ne m’a pas non plus enchantée.
Enfin bref, pleins de petites raisons qui, mises bout à bout, m’ont conduites à réaliser que je ne m’émerveillais plus autant qu’avant, et avais un peu la sensation d’être “blasée” par le voyage… Bien dommage.

Alors, quelle solution?
Du coup, j’ai encore ralenti mon rythme, ai posé mon sac plus longtemps au même endroit. Certains jours, je n’ai pas fait grand chose, si ce n’est discuter -de vive voix ou par écrit- (merci Marta, Maman, Adeline, Cécile, Virginie, Audrey, Perrine, Alice, Camille d’avoir passé du temps avec moi). J’ai aussi regardé des films, bouquiné, écrit dans mon journal, me suis posée dans des cafés et observé les gens en buvant du thé ou des chocolats chauds avec des alfajores. 
Et puis j’ai aussi pris le temps de discuter avec des gens rencontrés dans les auberges, lors de visites, que ce soient des Argentins avec lesquels j’étais fière de converser en espagnol (même si je ne comprenais que 70% de la conversation environ), et notamment avec Betsabé, de Buenos Aires, avec qui on est allées au marché et on a cuisiné de bons légumes locaux, ou bien des touristes étrangers ou Français, comme Solenne et Xavier qui terminent leur voyage de 7 mois en Amérique latine et avec lesquels j’ai passé plusieurs jours.

Et alors
Rassurez-vous, tout va bien! Ce rythme plus lent m’a fait du bien et j’ai réalisé (de nouveau) que j’avais une chance inouïe de voyager encore pour plusieurs semaines dans des endroits magnifiques et que j’ai encore pleins de gens à rencontrer, de choses à découvrir.
En plus, le soleil est revenu, donc, même s’il fait toujours super froid, ça me réchauffe le moral! Et les 2 derniers jours ont été riches en paysages extraordinaires!

Et la suite?
Demain, je passe la frontière pour la Bolivie et je remonte tranquillement vers Santa Cruz car lundi, mon amie Laura me rejoint pour 10 jours. Hâte de la revoir, de partager des moments avec elle et d’en savoir plus sur sa nouvelle vie au Sénégal!

Mes photos d’Argentine

* Et aussi, je fais une différence entre être en vacances pour quelques jours/semaines et être en voyage pour une longue période.

What? You need a break!? But you’ve been on vacation* for one year! Yes, this may sound strange, but for the past few days, I have felt like I needed a break. And while listening, during the long hours traveling by bus, to the “Allo la Planète” podcasts, the story of a girl who did a ‘burn out’ after traveling kind of resonated with how I was feeling.

What happened?
When I arrived in South America, I felt like I was getting jaded, I did not really have the energy nor the will to explore new places.

Why did I feel this way?
It may be due to the fact that for the past 3 months, I had been traveling with friends (Rémi, Perrine) or staying at their place (Nici and Ciaran, Hélène and John, Claire and François, Lise and Vincent, Fabien). So, I had gotten used to rely on other people and not always decide for myself.
The weather also played a role on my mood swing. Indeed, after almost 9 months of summer, the cold in North Argentina hit me strongly: 4 to 10 Celsius without any sun, and wearing everyday the same clothes (as I don’t carry many warm clothes) did not enlighten me.
Anyway, I felt like I was losing this “wow” sensation and felt jaded.

So, what was the solution?
Well, I decided to travel even more slowly, spending more time in the same place. And I was happy not to pack/unpack every day and change beds/rooms/hostels.
Some days, I did not do much, except chatting or texting (thanks Marta, Maman, Adeline, Cécile, Virginie, Audrey, Perrine, Alice, Camille to have spent time with me), reading, watching movies, writing my diary, sitting in a coffee shop, watching people while sipping tea or hot chocolate and eating alfajores. 
And I also took the time to discuss with people I met, whether they were Argentinian (I was able to understand only 70% of the conversation, but still…), to go to the market to buy local vegetables with Betsabe -from Buenos Aires- and then cook healthy dishes, ans also to spend a few days with Solenne and Xavier, who have been traveling in South America for 7 months.

And so, did it work?
Yes, and don’t worry, I am perfectly fine! Slowing down helped me realize how lucky I am to travel for a couple of weeks in wonderful places and I am looking forward to meet new people and discover new cultures and places.
And the sun is back, so, even though it is cold, it still warms up inside;-) And during the past two days, I saw incredible landscapes!

So, what’s next?
Tomorrow, I will cross the border to Bolivia and will slowly go to Santa Cruz, where my friend Laura is landing next Monday. I am really excited to see her, know more about her new life in Senegal and spend 10 days with her discovering a new country!

My pictures of Argentina 


*To me, there is a difference between being on vacation and traveling, so I don’t consider myself as “on vacation for 365 days”

Merci les amis / My favorite part of the travel: seeing friends along the way

“Mais tu connais des gens partout!?”: cette phrase, je l’ai souvent entendue. C’est vrai que depuis le début de mon voyage, j’ai retrouvé de nombreux amis sur mon chemin (sans compter ceux rencontrés en route). Il faut dire que c’était un peu fait exprès et que j’avais construit mon itinéraire plus ou moins en fonction.
Car au final, pour moi, il n’y a rien de mieux pour découvrir un lieu que d’aller chez les locaux. Et si parfois, j’ai peut-être un peu moins visité les lieux touristiques aux alentours, j’ai surtout passé du temps avec mes amis, découvert leur quotidien, rencontré leur moitié/leurs enfants. Et cela fait assurément partie de mes meilleurs moments de voyage jusqu’ici.
Que ce soient des amis de longue date, des personnes pas revues depuis 8, voire même 16 ans (et oui, Erasmus à Cardiff avec Claire remonte à quelques temps), des personnes jamais rencontrées avant mais dont j’avais beaucoup entendu parler (Nici et Ciaran), c’était vraiment génial de découvrir leur quotidien!
Donc MERCI Blanche, Marguerite, Asanka, Nath, Tristan, Arthur et Hugo, Nici et Ciaran, Hélène, John et Luka, Claire, François, Marius et Suzanne de m’avoir accueillis chez vous à Londres, Colombo, Pondichery, Sydney, Noosa, Bourail.
Et merci aussi à Lisa, Greg, Mélanie, Matt et Charlotte d’avoir partagé l’apéro, un diner, un après-midi ou une journée en voilier avec moi.
Je n’oublie pas non plus Fabien, Camille, Alice, papa, maman, Rémi qui m’ont rejointe durant mon périple.
Et le meilleur? C’est ce que cela continue, et je me réjouis donc de revoir les autres 🙂

“But you have friends everywhere?!” is a question I have heard a lot. I must admit that I have seen many friends since I started traveling (not counting those I met on the road). I actually took them into account when building my itinerary.
Because for me, the best way to discover a place is to go and live with the locals/people who live there. And I may have “missed” tourist places, but I was so happy to spend time with my friends in their daily life, and meet their other half/children. And for sure, these moments are part of the best memories since I started traveling.
Whether they are long time friends, people I had not seen in 8 or even 16 years (my Erasmus exchange year in Cardiff with Claire was ages ago), or people I had never met before but heard a lot about (Nici and Ciaran), it was great to see how how they live.
So, THANK YOU Blanche, Marguerite, Asanka, Nath, Tristan, Arthur and Hugo, Nici et Ciaran, Hélène, John and Luka, Claire, François, Marius and Suzanne for hosting me in London, Colombo, Pondichery, Sydney, Noosa and Bourail.
And thank you Lisa, Greg, Mélanie, Matt and Charlotte for sharing an apéro, a dinner, an afternoon or a sailing day with me.
And not to mention Fabien, Camille, Alice, my parents and Rémi who met me during my trip.
And the best part? It keeps going and I look forward to seeing all the others!

Des fêtes de fin d’année peu ordinaires / An unusual holiday season for me

img_3890-1

Festive balloons at the night market

Cette année, pour la première fois, j’ai passé les fêtes de Noël loin de ma famille et du froid… C’était un peu bizarre mais tellement génial…

Noël avant l’heure

Le 6 décembre, mes parents sont arrivés à Bangkok, et c’était Noël: on se retrouvait, et en plus, j’ai eu droit à un ravitaillement bien appréciable: 2/3 trucs dont j’avais besoin, mais aussi du courrier, des chocolats de Noël et des petits cadeaux des cousins: merci encore! Et on a ensuite passé 2 super semaines ensemble

Ambiance pré-Noël

Le 19 décembre, mes parents sont rentrés en France: ça me faisait bizarre de me retrouver seule. Le temps de faire mon visa pour la Birmanie, j’ai passé quelques jours à Bangkok, et du coup, l’ambiance d’avant Noël était un mélange de:
– décorations de Noël dans les centres commerciaux dernier cri de Bangkok
– des films classiques de Noël (Love Actually…) qui passaient en boucle dans l’auberge de jeunesse ou j’étais
– et de températures entre 25 et 30 degrés

Le 25 décembre les pieds dans le sable

J’ai passé Noël avec mon amie Alice à Ko Samet, une ile située 2h30 au sud est de Bangkok.
Les palmiers étaient recouverts de petites lumières, les hôtels avaient installé des sapins +/- beaux et grands dans les lobbies, un restaurant diffusait des chants de Noël +/- bien remixés.
On a passé le 24 au soir les pieds dans le sable, et le 25 décembre aussi. J’ai enfin testé le paddle (pas vraiment un succès pour moi) mais c’était très sympa et super chouette de passer ce moment avec Alice.

Une fin 2016 au top!

Le 27 décembre, je suis arrivée en Birmanie. A Yangon, j’ai retrouvé Sandra, que j’avais rencontrée au Laos.
Le 31 décembre, on était à Bagan: on a passé la journée à découvrir des temples extraordinaires grâce à notre guide génial et j’ai mangé le meilleur guacamole de ma vie. Le réveillon du 31 n’avait rien d’extraordinaire, mais qu’importe: passer le 31 décembre en Birmanie, c’était vraiment unique pour moi.

2017: un début d’année magique
1er janvier, 5.30am: le réveil sonne pour aller voir le -encore un autre- lever du soleil: dur de se motiver car il fait assez froid… Mais aucun regret car ce lever était magique: voir le soleil révéler peu à peu les pagodes et stupas autour de nous et observer les montgolfières au-dessus de ces temples, c’était vraiment magique…
Et bientôt, je vous raconterai tous ces autres moments magiques que j’ai vécus / je vis depuis que je suis arrivée en Birmanie.

Ma résolution 2017

Je ne suis pas certaine que ça entre dans la catégorie “résolution” mais j’ai bien l’intention de continuer à profiter pleinement de chaque jour, comme je le fais maintenant depuis quelques mois.
Bonne Année 2017, et je vous souhaite d’être aussi heureux/heureuse que moi 🙂

For the first time of my life, I spent Christmas away from the cold and from my family. It felt a bit weird but I really had an amazing time.

An early Christmas
On December 6, my parents arrived in Bangkok, and it felt like Christmas: they brought me mail/postcards I had received, chocolate and Xmas gifts from my cousins, and above all, we spent 2 amazing weeks together.

A (non) Christmas atmosphere
On December 19, my parents flew back to France: it felt weird to be alone again… Since I had to apply for my Myanmar visa, I spent a few days in Bangkok, where the atmosphere was a mix of:
– Christmas decorations in the brand new malls
– Xmas movies (Home Alone, Love Actually…) at the hostel
– and very hot temperatures (85/90F)

Christmas day on the beach
I spent Christmas with my friend Alice, my former New York roommate who now lives in Jong Kong and we went to Ko Samet, an island located 2h30 South East of Bangkok.
The palm trees were covered with Christmas lights, hotels had decorated Christmas trees in their lobby, a restaurant was playing Christmas songs.
We spent Christmas eve and day by the beach. Christmas day saw me paddle for the first time (Perrine, you would not have been very proud of me…). I was happy to spend these special days with Alice as we had a great time together.

A great way to end of 2016
On December 27, I flew to Myanmar. In Yangon, I met again Sandra, whom I had traveled with in Laos.
On December 31, we were in Bagan: we spent the day discovering amazing temples thanks to our great guide, and for lunch, I had the best guacamole ever! New Year’s Eve was nothing special, but I did not mind: spending New Year in Myanmar was really unique to me

A magic moment to start 2017: first sunrise of the year
January 1, 5.30am: the alarm clock rings: it is cold and tough to get up to go watch the -another one…- sunrise. But 0 regret about the early wake up. As the sun was rising, we could see pagodas and stupas appear and we admiring the hot air ballons over the temples. It was definitely a unique way to start 2017.
And soon, I will share with you all these magical moments I’ve lived since I arrived in Myanmar

My 2017 resolution
Not sure if this can be considered as a resolution but I intend is to keep enjoying every single day as I have done it for a couple of months now
And for 2017, I wish you to be as happy as I feel 🙂

Sur la route depuis 100 jours / I started traveling 100 days ago

Aujourd’hui, cela fait 100 jours que j’ai commencé à voyager: cela me parait énorme 100 jours, mais je ne les ai pas vu passer…
J’ai rencontré tellement de gens depuis le début de mon voyage, découvert tant de choses… Et j’ai aussi beaucoup appris sur moi-même:
– j’ai trouvé mon rythme et j’ai arrêté d’essayer de vouloir cocher toutes les recommandations de mon Lonely Planet (comme je pouvais le faire avant quand j’avais un temps limité pour visiter un pays).
– je ne cherche pas à tout visiter à tout prix mais découvre ce que je veux quand je le veux. Et je passe peut-être à côté de quelques “incontournables”, mais tanpis, je n’ai pas le sentiment de rater quoi que ce soit.
– j’ai appris à être patiente, à ne pas m’énerver quand les choses avancent trop lentement à mon goût. Après tout, j’ai tout mon temps donc pourquoi vouloir me presser.
– je me suis adaptée à mon nouveau confort, bien différent de quand je voyageais pour 2 ou 3 semaines, et à 10,000 lieux du confort des supers hôtels dans lesquels j’allais pour le boulot.
– j’apprécie à leur juste valeur les moments de “luxe”: un lit super confortable et pas dur comme une planche de bois, une bonne pizza ou une part de gâteau au chocolat, la pression d’une bonne douche…
– chaque jour je mesure ma chance de pouvoir faire ce que je veux, librement et sans contrainte à l’horizon:-)
– je prends le temps de vivre au jour le jour, sans chercher à prévoir et essayer de remplir mes journées à tout prix, comme je pouvais le faire avant.
Et pour le moment, j’ai eu beaucoup de hauts (98) et seulement 2 bas, donc je pense que cette formule me réussit plutôt bien.
Bon allez, sur ce, je pars prendre le bateau pour m’évader quelques jours sur une ile qui s’annonce paradisiaque au Sud du Cambodge, à Koh Rong. Donc à bientôt!

Today marks the 100th day when I started traveling. 100 sounds like a huge number to me, but at the same time, I feel like it went so fast!
I’ve met so many people and discovered since I started traveling… And I’ve also learned a lot about myself, including:
– I’ve found my rhythm and my goal is no longer to check all the “to-do things” recommended by the Lonely Planet (that’s how I used to travel before)
– I am no longer trying to visit everything, but instead, I discover things the way I want. I may miss things on the way, but that’s ok since I am doing what I want
– I’ve learned how to be more patient: I stopped getting upset when things are going slow: I am no longer in a rush
– I’ve adjusted to my new comfort: traveling for 1 year is very different from traveling for 2 or 3 weeks and it feel like ages away from the comfort of the luxury hotels I got used to when traveling for work
– I enjoy all the more the “luxury” moments, like sleeping in a soft bed, eating a truly good pizza or a chocolate cake, enjoying a shower with lots of pressure…
– everyday I truly enjoy how fortunate I am to be able to do what I want when I want without any constraint
– I appreciate living one day after one other, not trying to fill up my agenda as I used to.
And so far, I’ve had lots of ups (98) and only 2 down days. So, I guess traveling solo suits me 🙂
On this note, I am off to Koh Rong Island, South of Cambodia: it is supposed to be one of these paradise islands: so, I’ll confirm this in a few days.

Passeport français: un vrai sésame / A French passport: a great door opener

img_0368Si je le savais déjà, j’ai pu vraiment réaliser récemment à quel point je suis chanceuse d’avoir un passeport français / européen!
À mon arrivée à Colombo, Sri Lanka, j’ai commencé par aller au centre indien des visas, pour pouvoir obtenir mon visa pour la suite. Je dois dire que, sur le moment, j’étais un peu impatiente car la file d’attente n’avançait presque pas. Puis, j’ai regardé autour de moi et me suis aperçue que j’étais la seule impatiente, alors même que je suis en vacances et ai tout mon temps…
Et surtout, j’ai réalisé que, parmi tous les pays que je compte visiter, l’Inde est l’un des seuls pour lesquels j’ai besoin d’obtenir un visa en amont. Ce qui est loin d’être le cas pour de nombreuses nationalités.
Asanka m’expliquait par exemple qu’il est quasi impossible en ce moment pour un Sri Lankais d’obtenir un visa pour l’Europe, quand bien même il s’agirait d’une “profession noble”, par ex un médecin qui devrait aller assister à une conférence en Europe. Pour obtenir son visa, le Sri Lankais devra prouver qu’il est propriétaire dans son pays, et encore, cela ne lui garantit pas d’obtenir son précieux sésame.
Les 2 raisons principales du refus de visa:
– crainte que le Sri Lankais reste en Europe illégalement et ne rentre pas au pays
– terrorisme: 21 millions de Sri Lankais qui ne peuvent pas entrer en Europe, c’est autant de “potentiels terroristes” en moins à surveiller.
Bien sûr, je suppose que les riches Sri Lankais ont plus de facilité.
En tous cas, cela m’a fait réfléchir sur notre facilité à voyager, et sur la liberté qu’on peut avoir avec un passeport français / européen, sans compter les coûts également. Depuis le début de mon voyage, je me rends compte aussi de la très grande chance que j’ai d’être française (même si je l’avais déjà découvert aux Etats-Unis), mais cela fera l’objet de prochains posts.

I already knew it, but now I have fully realized how lucky I am to have a French/European passport!
When I arrived in Colombo, Sri Lanka, one of the first things I did was to file for my Indian visa since India was my next destination. I must say that quite soon, I got very impatient as I was standing and the line was barely moving. And then I looked around me and realized I was the only impatient person, while I was probably the only one not in a rush…
And I also realized that, among all the countries I want to visit, India is be one of the only countries where I will need to file for a visa before entering the country, which is far from being the case for many citizenships.
Asanka explained me that at the moment, it is almost impossible for a Sri Lankan to get a visa to go to Europe. Even if you have a nice job (eg: doctor and you need to go to Europe to attend a conference), you will have to prove that you own a place in Sri Lanka, have family, etc, and you will not be guaranteed to get your visa either. The main 2 reasons why Sri Lankan are refused visas to Europe:
1- the fear that they will not return to their country and become illegal immigrants in Europe
2- terrorism: 21 million people who cannot enter Europe are 21 millions people less to check for “terrorism threat”.
Well, I guess things are easier for the top richest Sri Lankan people.
Anyway, it made me think how lucky we are to have a French / European passport, and also because we save money too.
So, this is another reason why I feel lucky to be French. There are plenty others too, but I will save them for a next blog post.

Comment je vais / How I am doing (Part 2)

Pour être tout à fait sincère, pour le moment, mon quotidien, c’est parfois aussi un “défi” pour:
– trouver le rythme qui me convient: jusqu’alors, toutes mes expériences à l’étranger duraient 2 à 3 semaines durant lesquelles je m’imposais un rythme assez intense pour ne pas perdre une minute de ces vacances. Du coup, c’est assez paradoxal, mais j’ai encore du mal à adapter mon quotidien et ne pas planifier
– m’adapter aussi au pays dans lequel je me trouve, comprendre les codes culturels
– et du coup, savoir imposer, gentiment mais fermement, mes limites avec les sri lankais (quelques malentendus culturels m’ont conduit à m’imaginer les pires situations). Mais rassurez-vous, je vais bien et j’écoute mon instinct
– me sentir à l’aise, en tant que fille voyageant en solo, et éviter les moments de solitude (il y en a eu 1 seul pour le moment, et merci aux amis qui étaient dispo pour discuter sur whatsapp)
– me créer un nouveau confort, car je me rends compte que c’était une chose que de me sentir dépaysée par la nourriture, le climat, la langue, les odeurs, les gens, les bruits durant 2 ou 3 semaines quand je savais que j’allais ensuite retrouver mon confort. Mais c’en est une autre de me dire que le cocon dans lequel je peux me réfugier maintenant, c’est mon sac à dos…
Mais je ne doute pas que je trouverai rapidement mon rythme et serai tout à fait à l’aise: je vois déjà la progression en quelques jours 🙂

To be totally honest, I have to admit that, so far, my daily life also involves some kind of “struggle” to:
– find the right pace. Until now, when I would travel abroad, it would be for 2 or 3 weeks maximum, and my goal was to enjoy every minute of it. So. It may be weird, but I still have some troubles adjusting my daily pace and not plan anymore
– adapt to the country I am, understand the cultural codes
– and know how to set boundaries with Sri Lankan males (some cultural misunderstandings led me to imagine the worst) but I’m actually totally fine and I am now listening to my instinct.
– feel comfortable, as a girl traveling solo, and try to avoid lonely moments (there has only been 1 so far, and thank you to my friends who were available to chat via whatsapp)
– recreate a new comfort space. Because, embracing the new culture (through food, climate, population, culture, language, noise, smells…) is one thing when you know it is temporary and you know you will get back home in your comfort zone in 2 or 3 weeks. But for me, knowing that my home and my comfort zone for 1 year is my backpack, the approach is different.
But I am pretty sure I will find my pace and comfort very soon: I can already see the improvements since the begining.

Comment je vais / How I am doing (Part 1)

img_8963
Vous êtes nombreux à me poser la question de savoir comment je vais. D’un côté, je vous réponds que je vais super bien et que chaque matin je savoure le fait de:
– ne plus mettre de réveil
– ne plus savoir quel jour on est: aucune importance: tous les jours sont des samedis ou des dimanche pour moi
– d’avoir rangé ma montre il y a 6 jours et de me dire que je la ressortirai dans un an
– n’avoir aucune contrainte et me dire que je suis libre de faire ce que je veux
– me dire que je vais découvrir pleins de pays/cultures, rencontrer des gens de tous horizons, apprendre tellement de nouveautés.
– voir des inconnus sourir (les Sri Lankais sont très souriants)
Bref, je mesure pleinement mon bonheur.


Some of you are asking how I am doing. On the one hand, I am doing great and I am fully enjoying the fact that:
– I don’t put an alarm clock anymore
– I lost track of which day we are and it does not matter: everyday is a Saturday or Sunday for me now
– I let go of my watch 6 days ago and I am happy to know I will not use for 1 year
– I am totally free of constraints, and can do what I want whenever I want to
– I will discover so many countries/cultures, will meet so many people of different horizons, learn so many new things.
– I see so many smiley faces every day
To sum up, I fully realize how lucky I am, even though “luck” is not the right word for me. When I told about my project, people told me I was so lucky, but I think I created this opportunity, so everyone could be as “lucky” as me.

J-1: Début en douceur / D-1: Smooth start

Ca y est, le compte rebours est presque fini… Demain, vendredi 19 août 2016, je commence mon Tour du Monde, qui constitue une grande aventure pour moi.
Toutefois, j’admets que ce départ va s’effectuer en douceur, puisque je commence mon périple par Londres… Et oui, un petit weekend Outre Manche avant de prendre mon premier vol tour du monde: Londres-Singapour dimanche matin.
Mais surtout, mon épopée ne commence pas seule. En effet, je vais d’abord dormir 2 nuits à Londres chez Blanche, et on va ensuite passer 10 jours ensemble entre Singapour et la Malaisie, en mode vacances. Du coup, c’est plus simple et rassurant de prendre son envol quand on est accompagné. Merci Blanche!
Et j’ai hâte aussi de revoir des visages familiers durant l’année à venir, que ce soit pour quelques jours de vacances partagées, ou bien de retrouvailles chez eux / dans leurs pays adoptifs.

The countdown is almost over… Tomorrow, Friday, August 19, 2016, will be the first day of my great new adventure…
But I must admit I am not anxious since I will start smoothly with an easy first step: I’m going to London for the weekend, before flying to Singapore on Sunday, which will be my first step.

And plus, I will not start alone but with Blanche: I will stay at her place in London and then, for 10 days, we will travel together to Singapore and Malaysia: to me it seems a lot easier to start with a friend: merci Blanche!
And I also look forward to see familiar faces during this upcoming year, whether they are coming to visit for a few days/weeks, or whether I will go and see them in their coutry. I can’t wait to see you all!