Courrier des lecteurs / Readers’ corner (Part 6)

La suite des questions que l’on m’a souvent posées:

1- Est ce que tu es stressée par le retour?
Non, car pour moi, la fin de ce voyage, c’est simplement la fin d’un projet, et j’en ai pleins d’autres en tête (même si j’ai, malgré tout, conscience que le temps d’adaptation au retour ne sera pas évident à gérer). J’ai d’ailleurs établi une liste très éclectique de projets qui me tiennent à coeur, tels que, par exemple, continuer de:
– consommer moins et mieux
– pratiquer l’espagnol en intégrant des cafés/ échanges linguistiques 
– passer ma formation des premiers secours
– et la liste est beaucoup plus longue

2- Alors, tu vas faire quoi à ton retour?
Cette question, je l’ai entendue de très -trop?- nombreuses fois et depuis longtemps.
Merci de vous inquiéter de mon avenir ;-). 
Pour répondre franchement, “Je passerai le pont une fois à la rivière” comme disent les Québécois. Mais j’ai bien conscience que je m’approche de la rivière. Et je sais aussi pertinemment que cette année a été exceptionnelle et que, malheureusement, elle ne se reproduira pas tout de suite (pas pour une aussi longue durée tout au moins).
Enfin, pour le moment, j’ai envie de profiter de la famille, des amis, et surtout de faire enfin la connaissance de ma nièce Salomé, née fin avril… Et puis, je vais aussi continuer de voyager au travers des aventures de ma soeur et sa tribu, en voyage durant un an (les Gourm’Trotters)

3- Où as-tu envie de poser tes valises?
Durant mon voyage, j’avais commencé une liste de lieux où je me serais vue poser mes valises. Cette liste comprenait:
– Luang Prabang, au Laos: j’ai beaucoup aimé la quiétude de cette ville, et surtout le mélange entre la culture laotienne et le confort, dû au nombre important de touristes. Travailler durant quelques mois dans le tourisme/l’hôtellerie ne m’aurait pas déplu, mais en même temps, je ne sais pas si j’apprécierais réellement la saison des pluies
– Bangkok: j’ai beaucoup apprécié le mélange entre le très moderne et le côté très authentique thaïlandais. Mais avec le recul, cette ville serait trop intense pour moi
– Melbourne: cette ville australienne m’a séduite par son côté très cosmopolite, ses ambiances dans les différents quartiers. Mais l’Australie, c’est un peu loin de l’Europe…
– Wellington: je me suis sentie à l’aise dans la capitale Néo-Zélandaise, mais je fais le même constat que pour Melbourne
– Valparaiso, au Chili: ayant déjà visité cette ville en 2012, je pensais l’ajouter à ma liste. Mais après avoir vécu 4 jours sous une pluie diluvienne, j’ai révisé mon jugement 
Donc au final, mes valises, c’est en France que je vais les poser dans un premier temps, en attendant de trouver un job qui me convienne, en France (probablement le plus simple dans un premier temps) ou bien en Europe. Et si je ne me plais pas / je ne trouve rien en Europe, et bien j’irai voir ailleurs.

Mes photos classées par pays

Here is -another- list of questions I have been asked quite a few times:

1- Are you anxious to go back home?
No, because to me, it is only the end of this travel, but I have many other projects in mind. However, I know that I will need time to adjust to my “new life”. But I have started a list of projects I want to do, including:
– keep consuming better and less
– keep practicing my Spanish 
– doing my first aid training 
– and so many more projects

2- And so, what will you do when you go back home?
This question, I have heard it -too?- many times and for quite a while.
Thanks for worrying about my future 😉
My answer is “I’ll cross the bridge when I get to the river” -say from Quebec. But I know that I am getting closer to the river. And I also know that this year has been exceptional and that unfortunately, it will not repeat right away (not for such a long time at least).
But for now, I mostly want to enjoy time with my family, my friends, and also finally meet my niece Salome, who was born in April… And I will also keep traveling through my sister and her family via their blog.

3- Where do you want to settle?
During my trip, I started a list of places where I could picture myself settling down for a while. It included:
– Luang Prabang in Laos: I truly enjoyed the quietness of the city, and also the mix between the Laotian culture and the comfort due to the number of tourists. Working for a couple of months in the hospitality industry would have been nice, but I am not sure I would have liked the monsoon season that much…
– Bangkok: I really liked the mix between modernism and the truly authentic Thai feeling. But looking back, this city would have been too intense for me
– Melbourne: this Australian city really seduced me with its cosmopolitan atmosphere and the different neighborhoods. But Australia is quite far from Europe…
– Wellington: I felt comfortable in the Kiwi capital city, but same as for Melbourne, it is on the opposite side of the world
– Valparaiso, Chile: as I already visited this city in 2012, I thought I could add it to my list. But after experiencing a 4-day non stop rain there in May, I changed my mind
So, I finally decided to, first, settle back in France, looking for a job and I will extend my research to Europe. And if I don’t like it / cannot find anything I like, then I will go somewhere else.

My pictures of each country I visited 

Advertisements

Courrier des lecteurs / Readers’ corner (Part 5)

La suite des questions que l’on m’a souvent posées:

1- Tu ne t’es pas sentie trop seule?
En un an de voyage, je me suis sentie seule 3 fois, dont 2 fois lors de ma 1ère semaine en solo, au Sri Lanka. En effet, le premier mois, il a fallu que je trouve mon rythme, m’habitue à la culture et aux coutumes locales. Mais ensuite, aucun souci!
Et puis, j’ai aussi vraiment apprécié mon rythme de voyage, alternant:
– visite chez des amis, où j’ai pu poser mes affaires durant quelques temps et retrouver un endroit familier
– voyage avec des amis / la famille venus me rejoindre en route: bien agréable de pouvoir se reposer sur les autres pour prendre des décisions 
– moments en solo, qui m’ont permis de prendre du temps pour moi, réfléchir sur ce qui m’intéresse vraiment et ce que je veux. Et ces moments m’ont aussi permis de rencontrer énormément de gens de culture, âge, milieux différents. Car c’est en voyageant seule que j’ai rencontré -et de loin- le plus de gens. Pour la plupart, on a simplement passé un bon moment ensemble et on est devenus amis sur facebook / restés en contact via whatsapp. Mais il y a tout de même quelques personnes (européennes pour la plupart) avec lesquelles j’ai partagées de vrais moments forts et que j’espère bien revoir à mon retour.

2- As-tu eu des galères?
Non, j’ai de la chance, il ne m’est rien arrivé de grave. Je ne me suis rien fait voler, n’ai rien perdu d’important, si ce n’est juste quelques bricoles qui m’ont rappelées que je devais être vigilante au moment où je relâchais un peu la pression. Et sinon, mis à part le 1er mois d’adaptation au Sri Lanka, tout s’est bien super bien passé.

3- Qu’est ce qui a été le plus compliqué?
Sans aucune hésitation, le plus dur a été de prendre la décision de partir! Une fois sur la route, tout a été simple.

Mes photos classées par pays

Here is -another- list of questions I have been asked quite a few times:

1- Didn’t you feel alone, traveling solo?
During one year, I only felt alone 3 times, and 2 of them occurred during my first week traveling solo, in Sri Lanka. Indeed, it took me about a month to find my new “life pace”, adapt to the culture and local habits. But then, I have not had any issue.
And I really loved the mixed pace of my travels:
– visiting friends and staying with them for a couple of days, having my own place
– traveling with friends and family who joined me at some point: it was nice to rely on them to make decisions as well
– traveling solo, that enabled me to take some time for me, thinking about what really matters to me. Traveling alone also enabled me to meet so many people from various cultures, backgrounds, ages: this is when I traveled that I met -by far- most people. For most of them, we simply had a good time together and then became friends on Facebook / remained in touch via whatsapp. But there are also a few people I shared great moments with and I hope I will see them again when I am back.

2- Did you have any issues while traveling?
I guess I am very lucky, as nothing major happened to me. I was not robbed, nor did I lose anything valuable. I only lost 6 things along the way that reminded that I had to be careful. And, appart from the 1st month in Sri Lanka when I had to adapt, everything went very well.

3- What was the most complicated?
Without a doubt, the most difficult part was to make the decision to leave. Once on the road, everything was easy.

My pictures of each country I visited 

Courrier des lecteurs / Readers’ corner (Part 4)

Queenstown, New Zealand


Inle Lake, Myanmar


Vous avez été assez nombreux à me poser ces questions, donc voici mes réponses:

1- Alors, c’était comment?
Et vous? C’était comment votre année? Honnêtement, cette question est très -trop vaste- pour que je puisse résumer un an de voyages en 30 secondes. Mais si vous m’avez suivie tout au long de mon trajet, vous vous doutez que c’était une expérience extraordinaire, génialissime à 95%, et les 5% de galère m’ont permis d’apprendre sur moi-même, donc au final, expérience 100% positive, et ce n’est pas fini!

2- Et c’était quoi ton pays préféré?
Là encore, question difficile, car tous les pays ont été très différents les uns des autres: j’ai aimé / détesté certaines choses dans certains pays, et mon opinion varie beaucoup en fonction des rencontres que j’ai faites, et de l’état d’esprit dans lequel j’étais à un instant T. Mais si je devais établir un classement, je dirais:
> en Asie:
– le Laos pour le calme (changement radical après l’Inde) et l’authenticité des gens et la beauté des paysages
– la Birmanie pour l’authenticité des gens, les paysages et les lieux culturels wow!
> en Océanie:
– la Nouvelle Zélande pour la beauté et diversité des paysages et le sentiment de liberté, décuplé par le fait de voyager en van qui permet de se laisser porter par ses envies 
> en Amérique latine:
– la Bolivie pour les paysages incroyablement variés et l’authenticité des gens 

3- Et le pays que tu as le moins aimé?
Là encore, mon jugement est à pondérer en fonction de mon état d’esprit de l’époque. Ex: je suis persuadée que si j’allais au Sri Lanka maintenant, après avoir voyagé seule durant plusieurs mois, j’aurais un ressenti totalement différent.
Mais encore une fois, voici mon “classement”:
> en Asie:
– le Sri Lanka (et l’Inde aussi pour certains aspects) pour la façon dont les hommes se comportent vis à vis des femmes, et l’absence de notion d’espace vital
> en Océanie:
– l’Australie pour le côté consommation à outrance (après 6 mois en Asie, ça fait un choc) et l’ambiance beaucoup trop jeune et pas du tout à mon goût des auberges de jeunesse.
> en Amérique Latine:
– je dirais l’Argentine car ce n’était pas une complète découverte pour moi (j’avais déjà visité une partie du pays il y a 4 ans, donc moins de surprises). Et en plus, durant une semaine à Salta, il n’a pas fait beau (froid et pluie), ce qui a accentué mon petit coup de blues.
Bien évidemment, loin de moi l’idée de dire que ces pays “ne valent pas la peine” d’être visités, au contraire, car mes “mauvaises expériences” n’ont que peu à voir avec le pays en lui-même, et j’y ai aussi passé de supers moments

Mes photos classées par pays


Here are the answers to some questions I have heard:

1- So, how was it?
Well… How was your year? Quite a vague question to answer… It is impossible for me to sum up an entire year in 30 seconds… But if you’ve followed me during my adventure, you can guess that it has been an amazing experience: 95% great time and 5% of the time when I had a few issues but this is also when I learned about myself, so, as a conclusion, it was 100% positive! And the best part is: I’m not done yet!

2- What was your favorite country?
That is another tough question to answer because every country is different from another. I liked/hated things in some countries, but what made the difference was the people I have met along the way. But if I had to do a ranking, I would say:
> in Asia:
– Laos for its quietness (quite a change after India), the authenticity of the people and the unique landscapes 
– Myanmar, for its people who are so nice, and for the landscapes and cultural sites that are just ‘wow’!
> in Oceania:
– New Zealand for its amazing and very diverse landscapes, and for the feeling of freedom -even more as usual- while traveling in a van and stopping where we wanted to
> in South America:
– Bolivia for the landscapes (again, I know) but the country has much more to offer than just the Salar de Uyuni! And the people are still very authentic

3- And what was your least favorite country?
Again, my judgment is based on my own experience and the state of mind I was in when visiting the country. Ex: I am pretty sure that if I visited Sri Lanka now, after having traveled on my own for the past few months, my experience would be totally different. But here is my ranking:
> in Asia:
– Sri Lanka (and also India in some ways) for the way men behave with women, and also the fact that there is ZERO “personal space” notion
> in Oceania:
– Australia for the culture based on consumption (quite a shock after 6 months in Asia), and also the ambiance -way too young for me- in hostels
> in South America:
– Argentina as it was not a complete discovery for me (I visited part of the country 4 years ago, so it was less of a surprise) and also because of the bad weather during one week in Salta that influenced me and “worsened” my blues.
Of course, I am NOT saying that these countries are not worth visiting, on the contrary, I have had great moments there. But you asked me a ranking of my least favorite countries, so voilà !


My pictures of each country I visited

Réponse au courrier des lecteurs / Reader’s corner (Part 3)

Visiblement, ma situation financière intrigue… Donc voic réponses à des questions que l’on m’a posées plus d’une fois.

1- Tu dois être super riche pour voyager?
Non, pas du tout (je travaille dans le tourisme pour rappel, donc non, je ne suis pas riche). J’ai eu la chance de ne faire jamais d’emprunt, et il faut aussi dire que je n’ai pas grand chose: ma vie tient dans quelques boites, et mon téléphone doit être la chose de plus grande valeur monétaire que je possède.
Avant de partir, j’ai tout de même travaillé durant 13 ans, mettant de l’argent de côté pour m’acheter un appartement, un jour. Mais, ne sachant pas où je veux habiter, j’ai décidé d’utiliser cet argent pour voyager. Et à partir du moment où j’ai pris ma décision, j’ai essayé de réduire mes dépenses quotidiennes pour économiser encore un peu plus.
Et pour le moment, je suis plus que ravie de mon investissement 🙂 J’espère qu’il portera ses fruits sur le long terme aussi.

2- Combien te coûte ton tour du monde?
En préparant mon voyage, j’ai vu de nombreux blogs qui indiquaient le taux moyen de dépenses quotidiennes par pays. Mais je n’ai pas voulu me compliquer la vie avec pleins de calculs qui auraient pu me limiter.
Je suis partie avec un budget de 25,000$, ce qui, par rapport aux moyennes que j’ai pu lire (plutôt entre 10 et 15,000 € pour un an), est vraiment confortable. Je précise aussi que j’ai fait le choix de visiter des pays où le coût de la vie est élevé (Océanie, Etats-Unis). J’ai ensuite établi mon budget quotidien, en répartissant cette somme sur 18 mois:
– 6 mois en Asie
– 3 mois en Océanie, que j’ai doublés, soit 6 mois
– 3 mois en Amérique latine, auxquels j’ai ajouté 1 mois (coût de la vie + élevé qu’en Asie)
– 1 mois aux USA, que j’ai doublé aussi.
Soit, un total de 18 mois
Sachant qu’après avoir enlevé les frais de départ (billet tour du monde, assurances, vaccins, matériel…), j’avais 20,000$, j’ai fait le calcul suivant:
20,000$ / (18 mois = 546 jours)
Soit $36,70 par jour, soit:
– Asie : $37 par jour
– Océanie et USA: $74 par jour
– Amérique latine: $47
Comprenant hébergement, transport, nourriture, activités, visas, cartes postales, bières, verres de vin, lessive, arnaques à touristes, etc.

3- Et alors? Tu arrives à t’y tenir?

Pour le moment, je m’en sors à peu près, même si mes prédictions pour Tahiti étaient vraiment très basses (je me suis fait plaisir aussi). Je tiens mon budget au quotidien, indispensable selon moi pour savoir où j’en suis. Et, malgré mon dégoût des maths, je suis tout de même fille de comptables, donc j’aime bien savoir où j’en suis.
Donc, à moins de 3 mois de mon retour, j’ai encore quelques réserves…

I have heard these questions more than once since I started traveling, so here are my answers:

1- Did you win the lottery to travel?
No, I did not win the lottery, and I’ve worked in the tourism industry, so I am definitely not rich. But I am lucky as I have never had any loan, and I must say that I do not possess many things. My whole life is contained in a few boxes stored at my parents’, and my phone is most likely the most valuable thing I own.
Before starting my adventure, I worked for 13 years, saving money, with the idea to buy an apartment, one day. But as I don’t know where I want to live, I thought I would better use this money to travel. And from the moment I made my decision, I then started to save more on a daily basis.
And so far, I have never been happier: I guess this investment was a very thoughtful one.

2- What is your budget for your trip around the world?

While preparing my travel, I read many blogs where people were detailing their average daily spendings according to each country. But I did not want to make very detailed calculation and did not want to plan everything.
So, I started with a $25,000 budget, which is, compared to everything I read (the average for 1 year is €10,000 to €15,000), is quite comfortable. But note that I also chose to visit expensive countries (Australia, New Zealand, Tahiti, the US). I then divided this budget in 18 months:
– 6 months in Asia
– 3 months in Oceania, that I doubled due to the cost of living
– 3 months in South America, where I added a month as it is + expensive than in Asia
– 1 month in the USA, that I doubled as well
Which totals to 18 months
And, after deducing all the initial costs (round the world ticket, insurance, vaccines…), I still had $20,000, so I divided it this way:
20,000$ / (18 months = 546 days)
= $36,70 per day, ie:
– Asia: $37 per day
– Oceania and USA: $74 per day
– South America: $47 per day
This budget includes accommodation, transportation, food, activities, visas, postcards, stamps, laundry, beers, wine, new equipment, souvenirs, tourist traps…)

3- And so, were your predictions accurate?

So far, more or less yes (except for Tahiti where I planned way too low, but I enjoyed it). I keep track of my expenses on a daily basis (or I would have spent way too much). And despite the fact that I hate maths and figures, I am still a daughter of both accountants, so I know how to manage a budget.
So, with a little less than 3 months left, I still have a few savings…

Réponse au courrier des lecteurs / Reader’s corner (Part 2)

Voici réponses à plusieurs questions que certains d’entre vous m’ont posées.

1- Pourquoi écris-tu en anglais?
Car certains de mes amis ne parlent pas français
Comme cela fait longtemps (depuis juin 2016 en fait) que je ne travaille plus, je voulais essayer de perdre le moins possible mon anglais à l’écrit.

2- Quel logiciel utilises-tu pour la traduction en anglais?
Aucun! Non, je n’utilise pas google translate, c’est moi qui traduis moi-même, ça se voit d’ailleurs avec les fautes que je fais / la traduction beaucoup trop littérale.

3- Quel appareil photo utilises-tu?
Je prends toutes mes photos avec mon Iphone 6 (et quelques unes avec la gopro, celles sous l’eau et/ou en forme arrondie).

4- Sur quel support écris-tu tes posts?
Je prends des notes sur mon téléphone, dans le bus, à l’aéroport, dans un parc, bref, dès que j’ai un moment j’essaie de noter mes 1ères impressions et d’organiser ensuite mes idées pour en faire un post.
Et dès que je trouve du wifi décent, je poste depuis mon téléphone (via l’application WordPress). Parfois, quand le wifi est très puissant, j’utilise mon ipad pour corriger 2/3 choses qui m’ont échappées sur mon tel. Mais cela explique la mise en page ultra sommaire 😉

Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à me contacter: asrabreaud@gmail.com

Below you will find answers to the questions some of you have asked me:

1- Why do you write in English?
Because some of my friends don’t speak French.
And also, as I stopped working a while ago now (June 2016), I still wanted to practice my written English trying not to lose it.

2- What app do you use to translate?
None, I don’t use google translate, I translate everything myself (easy to see because of the mistakes and I am sure it sounds very French)

3- Which camera do you use?
All pictures are taken with my iphone 6, except a few of them (those under water and with a fish-eye effect) where I use my GoPro camera.

4- What computer do you use to write your posts?
I don’t have a computer in my bag, so I do everything on my phone, writing my impressions in the “Note” app. And whenever I have time, I organize my ideas and write a blog post. I post online through the WordPress app, that it why the layout is very simple and there are barely any photos on my posts
When I get a decent wifi, I connect my Ipad and try to correct a few mistakes.

If you have any other questions, feel free to ask: asrabreaud@gmail.com

Réponse au courrier des lecteurs / Reader’s corner

Sur la Great Ocean Road avec un super groupe / The Great Ocean Road with a great team

 

Certains d’entre vous m’ont posé plusieurs fois les mêmes questions, donc voici mes réponses:

1- Comment je décide de ma prochaine destination
Si, avant mon départ, j’avais en tête les grandes lignes de mon itinéraire (voir cet article), rien n’était vraiment figé. Et c’est d’ailleurs cette liberté qui me plaisait dans mon aventure d’un an.
Pour le moment, je suis à peu près mon plan initial, tout en suivant mes envies. Quand je me plais quelque part et que j’ai envie de prendre le temps, je pose mon sac à dos plusieurs jours. Et j’ajuste aussi mon itinéraire en fonction des conseils que je glane à droite à gauche, auprès des autres voyageurs et aussi un peu sur les blogs.
Et je fais également en fonction des gens que je vais rencontrer à certains endroits (j’ai aussi planifié mon itinéraire pour faire en sorte de voir mes amis qui habitent dans d’autres pays) ou qui viennent me rejoindre (que ce soit planifié de longue date ou plutôt dernière minute.)
Et en général, c’est lorsque j’arrive dans un pays que j’ouvre alors mon guide et que je regarde un peu les endroits qui pourraient m’intéresser et je construis alors mon itinéraire. J’ai en effet beaucoup de mal à anticiper et à me projeter dans les prochains pays que je vais visiter.
Mais comme je ne veux pas me presser, je choisis de ne pas “tout” voir, et je préfère profiter de chaque instant.

2- Comment je rencontre d’autres gens
Et bien, c’est assez simple. Je m’assois et commence à discuter.
Parfois, j’ai envie d’être seule et ne cherche pas forcément à aller vers les gens. D’autres fois au contraire, j’ai envie d’être sociable, et dans ce cas, rien de plus simple dans les auberges de jeunesse*
Au début de mon voyage au Sri Lanka, je me pensais trop vieille et trop princesse pour dormir en auberge de jeunesse en dortoir. Sauf que je me suis vite aperçue que cela restait le meilleur endroit pour rencontrer d’autres personnes qui voyagent de la même façon que moi.
Et finalement, en général, cela ne me dérange pas de dormir en dortoir (merci les boules quies).
Pour le moment, j’ai dormi dans 103 lits différents dont 37 en dortoirs, et tout va bien. J’ai rencontré des gens très éclectiques, allant de personnes de 15 ans (groupe de Toulousains en vacances en Australie) à 65+ ans (un Turc rencontré au Laos: je n’ai pas osé lui demander son âge exact).
Je m’aperçois tout de même qu’il est plus simple de rencontrer des gens lorsque je me retrouve dans une culture très éloignée de la mienne. Par exemple, en Australie, c’est moins simple pour moi, mais il s’agit peut-être aussi d’une question d’âge et d’intérêts communs, ou bien du fait que quand on se fond dans la masse, on passe + inaperçu, anonyme et on fait moins l’effort d’aller vers les autres?
J’ai aussi rencontré de très nombreuses personnes lors d’activités, visites ou encore dans un bar, dans le bus ou dans la rue.
Et quand je ne rencontre personne et me sens vraiment seule, il y a toujours skype ou whatsapp, pour discuter avec les amis/famille en France ou ailleurs.
* Tout dépend quand même des auberges dans lesquelles je me retrouve et de l’ambiance qui y règne. Certaines n’ont pas spécialement de pièce commune où l’on peut socialiser facilement.
Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas!

Some of you asked me several times the same questions, so here are my answers:

1- How do I build my itinerary to know where I will go next?
If, before starting my trip, I had a rough idea of my itinerary (see this article), nothing was really fixed. And this is what I liked: being free to adjust my plans.
And actually, so far, I’ve stuck to my original plan. But I mostly do as what I want. When I arrive in a place I like, I stay there for a couple of days.
And I also adjust my itinerary according to the advice of people I meet on my way, or also sometimes blog posts that I read.
I also plan according to friends I go and visit in the different countries I go to (that was one of the purposes of my original route) or friends who tag along for a couple of days or weeks.
And usually, I start reading my travel guide book once I have arrived in the country. It is indeed difficult for me to anticipate my travels before I arrive in the country.
And as I don’t want to rush, I choose to live the moment instead of trying to see everything the Lonely Planet recommends.

2- How do I meet people?
It is quite simple: I speak to my neighbor.
Sometimes, I just want to be by myself and am not making any effort. Other times, I want to discuss with other people, and for me, hostels are the best*.
When I started my trip in Sri Lanka, I felt too old and too sissy to sleep in a hostel’s dorm. But I soon realized this was the best place to meet people who share the same way of traveling.
And in the end, I don’t mind sleeping in a dorm (needless to say I need earplugs).
And so far, I have slept in 103 different beds, including 37 in dorms, and I’m doing great. I have met people from 15 yo (teenagers from Toulouse) to 65+ yo (a Turkish man I met in Laos. 65+ is my guess, I did not dare asking for his age).
But I have realized that for me, it was easier to meet people in Asia, when the culture was very different from what I am used to. Fir instance, in Australia, I have had more difficulties meeting new people. But this may be a question of age and different interests. Or maybe it is because when you don’t look different from the others, you get more unnoticed and anonymous so you don’t try to socialize as much?
I have also met many other people during activities, tours, in a bar, in the street or in a bus. And when I feel lonely, I know there is always skype/Whatsapp to discuss with family and friends.
* Not all the hostels are the same. Some have common rooms where it is easier to mingle.

If you have other questions, do not hesitate to ask!