Pérou: “Pancito de chocolate” / Volunteering in Peru

img_4129

En arrivant au Pérou, j’avais décidé de me poser plusieurs jours au même endroit, et comme on m’avait dit qu’Arequipa était sympa, et bien voilà, l’endroit était tout trouvé… Et je me suis dit que pour une fois, je pourrais me rendre un peu utile. J’avais découvert l’association Rayo De Sol par hasard sur internet et son projet me plaisait bien et j’ai donc décidé d’y faire du volontariat pour quelques jours.

Rayo De Sol: quelle est cette association?
En 2 mots: en voyage au Pérou il y a 13 ans, une Française (Marie-France Coudurier) s’est rendue compte de la pauvreté dans certains quartiers d’Arequipa. Elle a donc décidé de créer une crèche/ école dans le quartier de l’Alto Cayma pour permettre à environ 50 enfants défavorisés d’avoir 2 repas (petit-déjeuner et déjeuner) par jour, des cours le matin et des activités l’après-midi.

Et comment financer le tout? En créant une boulangerie et vendant des viennoiseries dans les rues d’Arequipa. Note: au Pérou (tout comme en Bolivie d’ailleurs), il y a beaucoup de vendeurs ambulants, les gens sont donc habitués à acheter dans la rue.

Et donc, dans tout ça, je fais quoi?
Et bien, moi, comme les autres bénévoles (on est une dizaine au total en ce moment), on se balade dans les rues d’Arequipa durant 5h chaque jour pour vendre des viennoiseries.
D’ailleurs, pour clôturer le débat une fois pour toutes, au Pérou, ils disent “pan de chocolate”, et non pas “chocolatina”, la preuve donc que le VRAI nom est “pain au chocolat”.

Et du coup, j’ai acquis plusieurs compétences ces derniers jours:
– j’ai développé ma force de vente et mes arguments tous plus valables les uns que les autres pour acheter des viennoiseries
– j’ai amélioré mes compétences linguistiques en espagnol (j’ai appris que pasas veut dire raisins et qu’au Perou, “dulce de leche” se dit “manjar”).
– j’ai appris à refuser gentiment en espagnol les demandes en mariage des Péruviens (moyenne d’âge: 75 ans).
– j’ai joué avec les enfants l’après-midi
– j’ai un peu aidé Willie (le boulanger péruvien), Veronica (sa femme) et Kevin (bénévole, boulanger de métier) à préparer les viennoiseries. Verdict: ça me plait bien car c’est concret, mais si j’étais boulangère, je prendrais 5kg en 2 semaines… Donc cette carrière ne sera pas pour moi.

Mais en attendant, j’apprécie mes 10 jours de bénévolat, qui me changent de mon rythme précédent. Et en plus, l’ambiance entre bénévoles est très sympa.

Mes photos du Pérou

When I arrived in Peru, I wanted to take a break and stay a few days in the same place. And as I was told that Arequipa was a nice city, then I decided to settle there for a couple of days. And I thought that, for once, I could be useful and volunteer in a NGO. I discovered the Rayo De Sol foundation on the Internet, and as I liked their project/values/goals, I decided to volunteer for this organization.

So, what is the story of Rayo De Sol?
13 years ago, a French woman who was traveling to Peru discovered that there were very poor neighborhoods in Arequipa, where kids would not go to school nor eat 3 times a day.
Therefore, she decided to create a school / kindergarden in the Alto Cayma neighborhood to allow about 50 children to have a daily breakfast and lunch, having teachers in the morning and activities in the afternoon.

And where does the money come from?
In order to finance the school (pay for staff salaries, daily costs, etc) they created a bakery to sell pastries in the streets of Arequipa. Note: in Peru (such as in Bolivia), it is very common to sell all sorts of things -including food- in the street.

And so? What is my job as a volunteer?
Well, along with the other volunteers, I walk in the streets of Arequipa selling fresh pastries 5 hours a day, 5 days a week.

And so, I have developed new skills in the past few days. I have:
– improved my selling skills,
– extended my Spanish vocabulary (I now that “pasas” means “raisin”, and that dulce de leche is “manjar” in Spanish)
– learned how to decline politely in Spanish wedding proposals from 70ish-year-old Peruvian men
– played with the kids in the afternoon
– helped Willie (the baker), Veronica (his wife) and Kevin (another volunteer whose job is to be a baker) prepare the pastries for the following day. I’ve really enjoyed it but also realized I would never be a baker, as I would gain 10 pounds every 2 weeks…
But so far, I’ve really enjoyed these 10 days of volunteering. And plus, we all get along with the other volunteers.


My pictures of Peru

Advertisements

One thought on “Pérou: “Pancito de chocolate” / Volunteering in Peru

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s