Laos: J’ai visité l’école primaire du village de Pakchaek

img_1413img_1362

J’ai passé une journée dans un village du Nord du Laos pour visiter une école. Voici ce que j’y ai appris:
Système scolaire (primaire, collège et lycée) similaire à la France (restes de l’Indochine)
Nombre d’élèves dans l’école: 75 élèves venant de 3 ethnies différentes: lao, hmong et khamu
Nombre d’instituteurs: 5
Age des enfants: 3 à 11 ans
Rythme: école du lundi au vendredi, de 7h30 à 11h30, puis de 13h30 à 16h30. Le vendredi, ils n’ont pas d’école l’après-midi.
Outils de travail: je n’ai pas vu beaucoup de matériel dans les classes: seulement des tableaux et craies, chaque enfant a également un cahier et un crayon, aucun jeu
Jeux: dans la cour (en terre battue), j’ai vu les enfants jouer à :
– l’élastique
– des jeux “d’autrefois”, tels que le jeu d’osselets (osselets sont remplacés par des bâtons de bambou), ou encore jouer avec des élastiques et les faire avancer (un peu comme des puces)
– lancer leurs tongs le plus loin possible
Je n’ai vu aucun jeu dans la cour de cette école*. Lors de ma visite, je leur ai apporté un ballon de foot, ainsi que 2 filets et 4 balles de rattabang (sortes de ballons de hand tressés) et j’ai vu le terrain de rattabang en contrebas de la cour
* En découvrant le Laos, j’ai vu de nombreuses écoles et certaines ont plus de moyen que d’autres et possèdent, dans la cour, des jeux pour les enfants: terrains de foot, balançoires…
Moyens de transport: je n’ai vu aucun ramassage scolaire au Laos donc les enfants viennent à pied ou à vélo ou en scooter (très peu de gens ont des voitures au Laos)
Rituels: Chaque lundi matin, les élèves se mettent en rang dans l’école et hissent le drapeau de leur pays en haut d’un mât. Et chaque vendredi, avant de partir en weekend, les enfants se regroupent à nouveau et descendent et rangent le drapeau en suivant un protocole.
Uniforme: les enfants portent tous un uniforme: chemise blanche pour tous, jupe noire pour les filles et pantalon noir pour les garçons
Langue parlée à l’école: le laotien. Ça peut paraître évident, mais il faut savoir qu’il y a 3 langues au Laos (car 3 ethnies principales): Lao (68% population), Khmuk (22%) et Hmong (9%), donc pour certains enfants, le laotien n’est pas leur langue maternelle
Frais de scolarité: 50,000 kips par an par enfant, soit environ 5.50 euros, et ce qui inclut l’uniforme (obligatoire).
A noter: pour les familles n’ayant pas les moyens, le 3ème enfant d’une même fratrie peut aller à l’école sans payer, certains autres paient en cours d’année s’ils n’ont pas les moyens, et 3 élèves ne paient pas du tout
Financement de l’école: à l’origine, l’état a financé les 2/3 de l’école, le reste étant financé par les habitants du village.
Mais à présent, l’état n’aide plus du tout, donc l’école dépend des villageois, ou bien d’associations telles que celle grâce à laquelle j’ai pu visiter l’école.
Fonction “médicale”: Quand je suis arrivée dans l’école, les enfants étaient tous dehors à jouer dans la cour. Le directeur m’a expliqué que l’école venait de distribuer à chaque enfant un médicament (contre les vers si j’ai bien compris) donc l’école semble aussi avoir cette fonction “médicale”.
Par ailleurs, le 31 octobre, le 1er ministre laotien a annoncé qu’à partir de maintenant, les professeurs seront payés jusqu’à la fin de l’année et qu’il ne sera plus toléré de ponctionner cette enveloppe budgétaire au sein du gouvernement. En effet, il est assez régulier que les instituteurs (et autres fonctionnaires) ne perçoivent pas de salaire durant le dernier trimestre en raison de manques de fonds (l’argent alloué aux salaires des professeurs sert à rembourser les emprunts privés): impensable en France…
Dans l’école du village de Pakchaek, j’ai vu 4 classes, et une 5ème sera construite prochainement pour accueillir les enfants du village voisin. En effet, les Chinois ont acheté le Nord du Laos (là où se trouve le village de Pakchaek) et ils y construisent un barrage -l’électricité sera utilisée en Chine uniquement, pas au Laos-. Du coup, les habitations situées au bord de la rivière Na Mou vont bientôt disparaître car emportées par le barrage. Si les Chinois vont reloger les habitants, en revanche ils ne financent pas la construction d’une nouvelle école, c’est pourquoi l’école va être dispatchée dans les villages alentours. Et il faut donc construire une nouvelle classe dans l’école de Pakchaek (nécessité de trouver les fonds nécessaires: l’association fondée par Michel va donc financer la construction de cette classe).

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s