Comment tout a commencé / How everything started

Pourquoi j’ai décidé de partir

C’était une idée qui me trottait dans la tête depuis longtemps, mais que j’enfouissais régulièrement… Et puis il y a eu ce voyage où, pour une fois, je suis partie seule, suivi d’un autre… A chaque fois, j’ai fait de nombreuses rencontres, et notamment une qui m’a fait réfléchir un peu plus: un globe trotteur espagnol qui prend le temps de vivre, et ne sait pas ce qu’il fera le lendemain, alors que de mon côté, mon emploi du temps est programmé quasiment au millimètre, pour ne pas perdre une seconde de ces précieuses vacances au Brésil.
Si j’ajoute à cela l’envie de ne plus avoir de contraintes, de changer d’air et d’aller voir ailleurs, et surtout le besoin de profiter de la vie car j’ai réalisé qu’elle peut s’arrêter à tout moment, et bien voilà, me voici prête à découvrir le monde durant un an!

Les craintes que j’avais

J’aurais peut-être dû commencer par là, car c’est ce qui me retenait de partir jusqu’alors. Quand j’ai réfléchi plus sérieusement à ce projet, la liste des raisons pour lesquelles je ne pouvais pas voyager seule sur une longue période était assez terrifiante à mes yeux:

  • la peur de me retrouver en danger, seule
  • la crainte de croiser un animal féroce, ou un chien… Et oui, bien qu’ayant grandi à la campagne, j’ai peur des animaux…
  • l’angoisse de me retrouver seule quand je serai malade
  • la hantise d’avoir une crise d’appendicite dans la campagne cambodgienne
  • la crainte de trouver le temps long et de m’ennuyer

Et puis, je me suis aperçue que toutes ces raisons n’étaient en fait que des excuses, et même si l’idée de me lancer m’angoisse parfois, mes craintes laissent bien vite place à l’excitation de commencer cette aventure.

Ce que je vais faire pendant un an

Beaucoup d’entre vous m’ont posé la question “Et tu vas travailler pendant ton tour du monde?” Et bien non, je n’en ai pas l’intention: si je prends 18 mois de congé sabbatique, ce n’est pas pour travailler… A moins de travailler pour découvrir la façon dont vivent les locaux. Mais pour cela, j’ai plutôt en tête de faire du bénévolat selon les pays et les opportunités.
Je compte aussi, à travers ce blog, vous raconter mon voyage. Et je partagerai également mes aventures avec l’école primaire de mon enfance, l’école Nazareth. Plus d’infos à ce sujet par ici.

 

How I made my decision

I’ve had this idea of traveling around the world in mind for quite a while. But for me, it was more a crazy idea than a realistic one since I did not feel strong enough to do it by myself.
And then, last year, I traveled solo once, and twice: I met so many great people along the way, namely this Spanish guy, who was traveling solo and who did not know what his schedule would be the following day. Meanwhile, on my side, I was trying to fill up my agenda as much as I could to make the most of my trip in Brazil.
But then, I realized that taking the time to discover a country, spending one day to find a place where to do my laundry would not necesseraly mean wasting my time. This is when I clicked.
In addition to that, after living 6+ years in the USA, I needed a change, and realized I wanted to enjoy life as much as I could -because it can stop at any moment- and I also wanted to go out of my comfort zone, proving to myself that I can do it. So, here I am, getting prepared to travel solo for one year. 

The things I have been afraid of

Before making my decision of traveling the world, I always had many “what if” excuses:
– What if I get sick along the way?
– What if I meet a dog or a scary animal on the road (yes, at almost 35 years old, and although I grew up in the countryside, I’ve always been afraid of animals)
– What if I get appendicitis when I am in remote Cambodia?
– What if someone harasses me, poor little girl?
– And so on…
But these were mostly excuses. So, one day, I decided to get out of my comfort zone, because life is very short.

What I will do during one year

When I told people about my project, I was frequently asked “Will you be working while traveling?”. I do not think so: if I took a 18-month sabbatical, I do not intend to work, unless working would mean discovering the local culture. My goal is more to volunteer in some organizations, according to the places where I will be.
And I will also share my adventures with the primary school from my childhood, the
Ecole Nazareth. More info about this project here.

Advertisements

One thought on “Comment tout a commencé / How everything started

  1. Bon voyage AnneSO, nous allons te suivre grace à ce superbe blog !
    Prend soin de toi et profite un max…

    Je suis impressionné, c’est génial ce que tu vas vivre !
    Le choix des 7 merveilles du monde, les billet d’avion “world tour” : quel pied !!!!

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s